C.A. Kamel Chebli : «Un redressement qui fait tellement de bien»





Sans être un modèle de réussite, la sortie victorieuse du Club Africain dimanche dernier devant le CA Bizertin (4-0) apporte de nombreux motifs de satisfaction au coach rouge et blanc Kamel Chebli. «Lors de ma première sortie, il y a deux semaines face au CSS, j’ai pu constater l’effet de la fatigue mentale et physique et des repères perdus. Dimanche dernier, nous avons pratiqué un jeu beaucoup plus rapide et plus fluide, travaillé suffisamment derrière pour ressortir des ballons «propres» et réalisé des progrès dans la conservation et la maîtrise de la balle. Pour produire du beau jeu, tout commence derrière. Mes défenseurs balançaient jadis le cuir n’importe où. Nous avons également travaillé aux entraînements beaucoup la rapidité, le travail offensif que ce soit en dédoublements, triangulations... ou par des ouvertures dans le dos de la défense adverse. Nous avons su varier le jeu et alterner les options à droite ou à gauche et cela sembla gêner énormément les Cabistes. Mon milieu de terrain a vite fait d’imposer sa loi. Et puis, un but marqué d’entrée nous a facilité la tâche. Bref, l’équipe était prête à relever le défi. Il y a des indices et des sensations qui ne trompent pas qui se produisent aux entraînements. Ceux-là étaient positifs et encourageants tout le long de la semaine et tout cela est bon pour le moral», analyse Chebli qui peut raisonnablement se réjouir de l’excellent impact psychologique de ce large succès d’autant plus que «l’équipe n’a pas pris dans ses deux derniers matches beaucoup d’avertissements, ni accusé de graves blessures», rappelle-t-il avant d’avertir : «Pourtant, notre prochaine sortie à La Marsa ne sera pas facile à négocier, l’Avenir possédant de solides atouts, notamment en attaque et combattant avec d’excellentes ressources morales». Autre gros motif de satisfaction : l’ossature commence à se dégager, les valeurs sûres s’imposant progressivement : «Par exemple, sur le flanc gauche de la défense, constate Chebli, j’ai la possibilité d’aligner ou Rhouma ou Toujani. Le premier a été titularisé à Sfax parce que je considère qu’il est plus rapide et plus présent dans le travail purement défensif, évitant de prendre beaucoup de risques, cependant que le second excelle devant par sa bonne technique et ses transversales. Dans le couloir droit, Khaled Souissi se confirme de jour en jour par ses grandes qualités athlétiques. Chokri Zaâlani travaille pour sa part beaucoup aux entraînements et même s’il lui arrive d’être affecté avec les Espoirs, il doit continuer son labeur avec le même sérieux. Chokri peut en vérité nous être utile à tout moment. Je dispose également de l’option Pape Touré sur ce même côté droit. Dans l’axe défensif, la charnière Mkacher-Ben Zekri paraît suffisamment rodée, les deux ayant joué beaucoup ensemble. Mais il y a aussi le jeune Hicheri qui n’a pas encore dix-neuf ans et dont les ambitions doivent légitiment se révéler infinies. Ce garçon a un bel avenir», pronostique le coach clubiste. Comme on peut le constater, Kamel se montre ravi par l’inventaire du patrimoine défensif du club, lui qui s’y connaît parfaitement en la matière ayant longtemps conduit, avec Moncef Chargui ou Faouzi Sghaïer, la défense clubiste. Avec son franc parler habituel, Kamel lève le voile sereinement sur sa décision de laisser toute une mi-temps Mohamed Selliti, jusque-là titulaire inoubliable, sur le banc : «Selliti a été victime d’une infection intestinale et le médecin du club m’a demandé de ne le faire participer qu’à une séance sur les deux prévues mardi dernier. Il a dû durant deux jours arrêter d’observer le jeûne parce qu’il était sans antibiotiques. Je considère donc qu’il n’a pas manqué à son devoir même si certains avancent ses antécédents en matière d’indiscipline. Vendredi dernier, il a rejoint la séance d’entraînement avec une bonne vingtaine de minutes de retard puisqu’il a fait la prière dans une mosquée de Tunis alors que nous l’avions faite à Radès, près du stade annexe où la séance était prévue. J’ai ordonné à Selliti de s’entraîner tout seul, en effectuant des tours de piste. Je ne vois pas par conséquent où se situe l’indiscipline dans son cas, une fois il était gravement malade, une autre fois il a débarqué en retard d’un petit quart d’heure et il n’y a vraiment rien de scandaleux dans tout cela». La semaine verra les Rouge et Blanc s’entraîner une fois par jour, sauf aujourd’hui avec une double ration, toujours à l’annexe de Radès. «J’ai l’habitude de me projeter totalement sur le prochain match dès le coup de sifflet final, que nous sortons vainqueurs ou vaincus de la rencontre du jour. Donc, vous pouvez imaginer aisément que le court déplacement de La Marsa a commencé dans mon esprit depuis dimanche soir», conclut un Chebli ravi par la belle aventure dont il savoure chaque instant à la tête du club de ses premières amours. S.R.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com