Festival de la Médina : L’authenticité au rendez-vous





Le duo Ali Sriti et Leïla Hajjaïej a signé avant-hier soir au théâtre municipal de Tunis une prestation musicale qui conjugue l’authenticité aux chants classiques et religieux des géants de la chanson arabe. Depuis quelques années, le public était habitué à un duo Ali Sriti et Leïla Hajjïej uniquement concentré sur l’interprétation des chants des géants de la musique classique arabe. Mais, cette fois-ci, les deux artistes ont décidé de faire découvrir à leurs fans, des créations nouvelles axées sur les chants liturgiques et les compositions des géants de la chanson arabe. “Rouhaniet”, tel est le nom donné à cette soirée, qui s’inscrit dans le cadre de la 23ème édition du festival de la Médina dont la première partie a été entièrement consacrée à l’interprétation de la “Soulamia”. Durant cette partie, Leïla Hajjaïej a chanté toute seule, pour la première fois, sans Ali Sriti. Elle était accompagnée dans cette prestation par cinq vocalistes, dont Abderraouf Jouini, Abderraouf Zouari. Uniquement composé des chants liturgiques, le répertoire interprété par Leïla Hajjaïej, est en quelque sorte, un voyage dans le cœur des mélodies religieuses soufies, autrefois interprétées, dans la Zaouia Sidi Mehrez ou dans d’autres lieux sacrés de la Tunisie, pendant le mois de Ramadan ou dans d’autres occasions religieuses. Ces chants soufis comportent notamment “Anwar Ahmed”, “Talaâl Badr Aleyna” et des invocations entre autres. La prestation de Leïla Hajjaïej et de ses musiciens, durant cette première partie, est aussi marquée par la participation de nouveaux musiciens à l’instar de Naoufel Manaâ, jeune flûtiste talentueux découvert lors de la dernière édition du festial de la musique tunisienne. * Kassabji et Sombati, revisités La deuxième partie du “Rouhaniet” a été marquée par le retour du duo Ali Sriti, Leïla Hajjaïej tel qu’on était habitué à voir. Fervent passionné des répertoires des géants de la musique classique arabe, le duo a plongé l’assistance dans la chaleur des compositions liturgiques des grands noms de la chanson arabe comme Mohamed Kasabji, Riadh Sombati, Tahar Abou Facha, Mohamed Mougi, entre autres. La particularité de cette deuxième partie est que, Ali Sriti et Leïla Hajjaïej ont apporté leur touche personnelle à des compositions, les plus savamment interprétées par ces grands noms de la musique arabe. “Salou Kalbi”, “Haniat Al Akdar”, “Ya Sabah El Khaïr, telles les illustres chansons visitées par nos deux artistes, dans un style de malouf, très original. Le duo était accompagné par une troupe de 20 instrumentistes. Le moins qu’on puisse dire est que la sortie du duo Ali Sriti et Leïla Hajjaïej a surpris agréablement le public par un nouveau répertoire des chants liturgiques, ce qu’on n’a pas vu depuis longtemps. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com