C.A. : Khalfaoui de retour mais que d’incertitudes





L’ASM figure au menu du CA, dimanche prochain. Malgré l’épreuve du déplacement, les Rouge et Blanc espèrent confirmer en Banlieue Nord le redressement entrevu face au CAB. Au Parc A, l’on s’attend cette semaine au retour de l’enfant prodigue Achraf Khalfaoui qui a longtemps mené un bras de fer pour des questions d’arriérés de salaires impayés avec son club avant de se décider à réintégrer le CA. Le demi clubiste va devoir entamer une sérieuse préparation physique sous les ordres du Brésilien Moreïra avant de pouvoir rejouer en compétition officielle. Fin du feuilleton Khalfaoui, alors ? * Sellami incertain L’unique grave blessure cette semaine du côté du Parc A concerne le demi offensif Oussama Sellami qui souffre de douleurs au cou et au dos depuis un coup subi sur une balle aérienne dans le match face au CAB. Déjà, dans les vestiaires, l’ancien Stadiste se tordait de douleurs juste à la fin de la partie. A la reprise, il avait du mal à courir puisqu’il dut effectuer un travail en solitaire à base de courses. Kamel Chebli réserve son pronostic pour la fin de la semaine. En cas de forfait, Sellami sera relevé par le Sénégalais Jules Keita. * Petits «bobos» pour Touré et Ouertani Pour le reste, rien que de légers «bobos» qui nécessitent les soins habituels : Pape Touré continue à se plaindre du dos alors que Lassaâd Ouertani traîne toujours une cheville récalcitrante. La participation des deux joueurs à la sortie de La Marsa ne pose cependant aucun problème. * Un bon feeling Le coach Rouge et Blanc se réjouit du climat de travail et de la qualité des rapports qu’il entretient avec ses joueurs : «Un excellent feeling s’est vite établi avec eux et je me sens très à l’aise d’autant que j’exerce au sein de mon club. Mardi soir, nous avons effectué une séance à base de vitesse qui m’a donné beaucoup de plaisir. Je sens mes joueurs hautement motivés et cela ne peut que faciliter l’accès à de hautes performances», s’enthousiasme-t-il. * Chebli veut positiver Seul bémol à cette passion sereine : les rumeurs sur la venue d’un technicien pour relever Chebli qui n’aurait ainsi été qu’un intérimaire, un entraîneur intermittent : «J’ai déjà exercé à deux reprises comme adjoint au CA, dont une concernée par un doublé avec Balaci, se remémore Chebli. Voudrait-on que je reste à vie entraîneur adjoint ? N’ai-je pas droit à l’ambition ? Une fois Lotfi Abdennadher, alors à la tête du CSS, et une autre fois Jalel Ben Aïssa qui présidait aux destinées du ST avaient envisagé de me recruter. L’interrogation qui arrêta le processus et qui les fit un peu reculer a été la suivante : Pourquoi Kamel n’a jamais été engagé par son club d’origine en qualité d’entraîneur en chef ? Le doute pouvait raisonnablement les habiter. Maintenant, mes dirigeants peuvent désigner l’entraîneur qu’ils veulent si vraiment telle est leur intention. Avec mon club, je ne peux pas avoir des rapports d’un simple employé. J’essaie de donner le maximum. Le reste ne m’intéresse pas trop», tranche Chebli un peu déçu par ces histoires de recherche d’un successeur qui auraient pu le déstabiliser. S.R. ___________________________________ A l’origine du mouvement de grève observé mercredi Une seconde tranche des primes de signature pas encore servis Stupeur avant-hier à l’annexe de Radès où une séance d’entraînement a été tout simplement annulée en raison d’un mouvement de grève observé par les joueurs du Club Africain. Kamel Chebli a dû rentrer après avoir appris qu’il n’y aura pas de séance et qu’une réunion entre les joueurs et les dirigeants était prévue. Or, cette réunion a été annulée, selon le directeur sportif du Club Africain, M. Salah Thabti. Le mouvement de grève n’a pas pour origine comme le pensent certains des salaires non payés puisque le Bureau directeur s’est acquitté des salaires du mois de septembre. La pomme de discorde concerne plutôt les primes de signature qui devaient être servies en quatre tranches. Or voilà la deuxième tranche non encore servie, ce qui a poussé les joueurs à hausser le ton et à user du boycott des entraînements. Hier après-midi, une réunion était prévue afin de convaincre les joueurs de reprendre les entraînements prévus à 14h00 à l’annexe de Radès. Le coup de semonce de mercredi après-midi a sans doute incité les dirigeants à davantage de souplesse pour que la situation se normalise. S.R.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com