Trois opérations-suicide font 17 morts : Bagdad secouée





Dix-sept personnes ont été tuées dans trois opérations-suicide spectaculaires hier près d’hôtels habités par des journalistes étrangers à Bagdad, dans l’attaque la plus meurtrière dans la capitale d’Irak depuis le référendum constitutionnel du 15 octobre. Le Quotidien - Agences Selon une source au ministère de l’Intérieur, deux opérations se sont produites place Ferdaous près des hôtels Palestine et Sheraton où vivent de nombreux journalistes et employés de firmes de sécurité étrangères. La troisième a eu lieu près du siège du ministère de l’Agriculture, jouxtant l’hôtel Sadir, situé sur une ruelle latérale. Dix-sept personnes ont été tuées et neuf blessées dans ces opérations-suicide à la voiture piégée, selon un dernier bilan fourni par un haut responsable de l’Intérieur. On ignorait dans l’immédiat s’il y avait des étrangers parmi les victimes. “Il semble que la première voiture ait tenté de forcer l’entrée du périmètre de sécurité autour des hôtels Palestine et Sheraton pour ouvrir la voie à une deuxième voiture censée exploser à l’intérieur”, a ajouté le haut responsable. Les gardes de sécurité ont tiré sur les kamikazes qui ont immédiatement déclenché les explosifs, selon lui. Les explosions, qui se sont produites successivement ont secoué le centre de Bagdad vers 17h20 (14h20 GMT) peu avant l’Iftar, au moment où les rues étaient à moitié vides. Ce mode opératoire est destiné à tuer le plus de personnes possibles, qui se rassemblent sur les lieux d’une première opération pour venir en aide aux victimes et sont fauchées par les attaques qui suivent. Les vitres de l’hôtel Palestine d’au moins 15 étages ont volé en éclats, selon un journaliste qui y réside. Un client du même hôtel a indiqué que certains faux-plafonds des chambres s’étaient effondrés et certaines chambres avaient été dévastées. La réception de l’établissement a subi de gros dégâts. L’armée américaine a de son côté annoncé la mort d’un Marine, tué dimanche à l’ouest de Bagdad, ce qui rapproche le nombre des pertes américaines en Irak depuis mars 2003 de la barre psychologique des 2.000. Selon le site indépendant “Iraq coalition casualty count”, qui comptabilise les pertes militaires depuis l’invasion, 1.997 soldats et civils assimilés sont morts dans le pays. A Rabat, le ministère des Affaires étrangères a fait état de la disparition depuis jeudi de deux employés de l’ambassade du Maroc à Bagdad sur la route qui les ramenait d’Amman à Bagdad.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com