E.S.T. – U.S.M. (2-1) : L’Espérance a eu chaud





Face à une US Monastirienne audacieuse et conquérante notamment après la pause, l’Espérance a eu vraiment chaud dimanche avant d’assurer une victoire précieuse qui s’est dessinée surtout lors de la période initiale. Il avait bien raison Khaled Ben Yahia quand il appelait ses poulains à se méfier de ce match contre les Monastiriens et les événements ont bien confirmé ses appréhensions. Avec une formation amoindrie par l’absence de Khaled Badra, blessé, un axe central new-look composé de Mathias et Jaber, et le duo Letaïef-Harbaoui en première ligne, l’Espérance a dû, d’entrée, subir quelques assauts adverses avant de prendre l’avantage dès la (19’) par Letaïef sur penalty. Quelques minutes plus tard, une sortie hasardeuse de Kasraoui a eu comme conséquence un but encaissé à la (29’) sur un coup de tête de Bamba. La réaction des gars de Ben Yahia a été instantanée et Olivier, d’un tir des vingt mètres, a lobé Nefzi, légèrement avancé et trompé par la trajectoire de la balle. L’Espérance a eu l’occasion de tuer le match à la (45’) par Harbaoui, seul devant Nefzi, mais l’attaquant sang et or a raté lamentablement l’opportunité. Après la pause, les camarades de Melki ont cafouillé dangereusement et ont subi le jeu de l’adversaire surtout à partir de la (58’) quand Yaken a été exclu pour somme d’avertissements. A dix, Mahtias et consorts n’ont fait que de la résistance et n’ont dû leur salut qu’à leur calme et au manque de lucidité adverse. Ainsi, l'Espérance a remporté une nouvelle victoire dans la douleur mais elle ne l’a point volée. La force de caractère de ses joueurs et leur humilité lui ont encore une fois rendu un fier service. Pour Khaled Ben Yahia, ces difficultés rencontrées étaient prévues : «Je m’attendais à ces souffrances et je l’ai affirmé à votre journal «Le Quotidien». L’adversaire est coriace et force le respect. Il fallait garder la tête froide lors des moments chauds. A la (45’), on aurait pu tuer le match mais Harbaoui a raté l’occasion. Après la pause, on a cherché les contres face à une US Monastirienne qui s’est jetée en attaque. Le cycle favorable connu par l’équipe a mis beaucoup de pression sur mes jeunes joueurs dont la moyenne d’âge est de vingt et un ans à l’exception de Melki. Et si cette génération arrive à se tirer d’affaire dans la difficulté, c’est bon signe et c’est rassurant pour l’avenir». * Manque de conviction Dans l’autre camp, les Monastiriens avaient raison de se sentir frustrés car ils méritaient dimanche au moins la parité surtout au vu de leur prestation de la seconde période. Leur mérite était d’avoir opté d’entrée pour l’attaque. Ils ont multiplié les assauts, les corners, les occasions mais n’ont marqué qu’une seule fois par Bamba qui a devancé de la tête Kasraoui à la (26’). Leur jeu fluide, rapide et direct a gêné considérablement l’arrière-garde espérantiste où Mathias, Yaken et Kasraoui n’ont pas paru dimanche dans leur meilleur jour. Après la pause, la domination des gars de Benzarti était tellement évidente qu’à chaque alerte devant la cage de Kasraoui, on croyait à l’égalisation. Finalement, les Bnouni, Ben Ouannès et consorts, peut-être par manque de conviction et de confiance, ont quitté le terrain bien déçus de ne pas avoir pu concrétiser leur ascendant. Prié de donner son avis sur ce match, le coach monastirien Faouzi Benzarti n’a pas caché sa déception : «C’est frustrant de perdre quand on fournit une aussi belle prestation. Mais, en football, il faut marquer pour gagner et cette fois-ci on a raté beaucoup d’occasions. Je savais aussi que c’est difficile de jouer face à l’Espérance à El Menzah devant son public et devant des joueurs qui ont une forte personnalité. On a opté pour l’attaque dès le début et on n’a pas été bien récompensés. L’Espérance, elle, a su gérer son avance et gagner». C’est la loi implacable du football, diraient les plus réalistes. Bien jouer c’est bien, mais gagner c’est mieux. Et les Monastiriens viennent de l’apprendre à leurs dépens. Formations EST : Kasraoui, Yaken, Bekri, Mathias, Jaber, Mahjoubi, Melki, Ben Yahia (Zaïem 80’), Olivier, Letaïef, (Gabsi 63’), Harbaoui (Zitouni 67’). USM : Nefzi, Alaya, Nevez, Meriah, Mendabi, Bamba (Ben Fadhl 90’+2’), Achour, Ben Abdelkader, Bnouni (Ayari 79’), Maâtoug, Ben Ouannès. Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com