A.S.M. – C.A. (1 – 1) : De la bastonnade à l’escapade





Drôle de match que celui ayant mis aux prises Marsois et Clubistes tunisois. Ayant manqué de peu d’infliger un vrai carton, les Rouge et Blanc s’en sont finalement sortis avec un nul heureux. Les Aveniristes, qui déploraient l’absence de Jerbi et Boussif, ont récupéré un grand nombre de leurs blessés. Mais ces derniers comme Hammami et Mouihbi n’étaient pas en pleine possession de leurs moyens. Toutes ces contrariétés ont obligé Ali Selmi de prôner une relative prudence, d’autant plus que le vis-à-vis dispose de la meilleure attaque du championnat. C’est ainsi qu’en phase défensive, les Marsois ont opté pour un marquage à la culotte des joueurs de base clubistes, Hammami sur Traoré, Bouguerra sur Sellami et Touati sur Ben Yahia, outre le verrouillage des couloirs, notamment le côté gauche marsois où Missaoui piquait continuellement des sprints balle au pied. Cette mise en place s’est avérée globalement probante, mais c’est au niveau de l’axe que ça a tiqué, comme l’indiquent les multiples occasions clubistes dans une position axiale. En redéploiement offensif, le jeune Touati, qui progresse régulièrement, et Jeridi avancent d’un cran pour mieux soutenir les avants Hirech et Rachid, outre l’aide constante des récupérateurs Bouguerra et Hammami et des latéraux Ghazouani et Nachi. C’est ainsi que les Marsois ont pu contenir les assauts de leurs adversaires, avec assez souvent un brin de chance. Et leur mérite est de n’avoir pas cédé le pas après le but encaissé, terminant même en force, manquant même de réaliser un parfait hold-up, par Mouihbi notamment, qui ne se serait nullement apparenté à du vol. Les Clubistes, pour leur part, ne pourront en vouloir qu’à eux-mêmes. Et dès les premières minutes, Traoré aurait pu donner au match une tournure nettement avantageuse à son équipe. Mais, contrairement à son habitude, il rate des buts faciles, deux au moins, dans les 10’ initiales. Globalement, la défense et la récupération ont fourni une prestation honnête. De plus, au niveau de l’orchestration offensive, Sellami, le meilleur clubiste sur terrain, a été étincelant de brio, en distillant de précieuses balles génératrices de situations de jeu très favorables. Et les présents furent agréablement surpris par sa fraîcheur physique, contrairement à ses camarades de l’attaque, comme vidés de toute substance. Et si Traoré fut l’auteur d’un ratage montre, Selliti donnait l’impression de traîner une boule d’acier, sauf sur son tir sur le poteau (51’). Quant à Missaoui, il a intérêt à faire sérieusement son auto-critique et à se persuader du caractère tout à fait inopérant de ses longues et interminables chevauchées balle au pied. Un dribble ou plus, dictés par la situation du jeu sont les bienvenus, pour peu qu’ils soient au service de la collectivité. Mais s’entêter de la sorte à accaparer stérilement le ballon, c’est d’une totale inanité. Par ailleurs, et après le but égalisateur de l’A.S.M, les Clubistes ont totalement baissé les bras. La grève d’un jour observé par les joueurs, a-t-elle été dommageable sur le plan physique et celui de l’influx nerveux? Le changement de Sellami à (1-0) s’imposait-il vraiment? Toujours est-il que le C.A a paru emprunté et très laborieux par rapport à ses précédentes sorties. Un mot enfin sur l’arbitrage de Aguira. Il fut tout simplement folklorique à la lumière de deux penalties non sifflés d’un côté et de l’autre, un autre accordé injustement et surtout des erreurs d’appréciation en cours de jeu qui ont notamment lésé les Marsois. En somme, une parité finalement équitable. Formations * A.S.M: Khalloufi, Ghazouani, Ben Chrouda, Guitouni, Nachi, Bouguerra, Hammami (Jlidi 78’), Touati, Jeridi, Rachid (Mouihbi 58’), Hirech (Bouchhioua 66’). * C.A: Boumnijel, Touré, Ben Zekri, Mkacher, Toujani, Ouertani, Ben Yahia, Sellami (Hichri 82’), Missaoui (Keïta 71’), Selliti (Karoui 90’). Wahid SMAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com