A partir de vendredi : Tunis, ville lumières …





A partir d’après-demain, le tout Tunis sera baigné d’une lumière tamisée et paré de couleurs diverses au bonheur de la foule. Un projet poétique et une palette d’idées feront de Tunis, une ville nouvelle .... Tunis - Le Quotidien Une équipe de six techniciens français a débarqué depuis le 14 octobre à Tunis. Sa mission : colorer autrement la capitale et surtout atténuer l’intensité et l’agressivité de l’éclairage public qui écrase la grande avenue. Ceci durera une période qui frise les deux mois et demi. “Nous travaillons d’arrache-pied avec une équipe de nuit et une autre pour la journée. Etant en période de Ramadan, les travaux fonctionnent un peu au ralenti. Il faut qu’on soit fin prêt pour après-demain, jour de l’inauguration. Nous rentrerons à Paris le lendemain. C’est-à-dire samedi. Un seul parmi nous restera pour assurer la permanence. On ne sait jamais ... Nous reviendrons début janvier pour démonter le tout ...”, nous a dit le directeur technique et commercial du chantier, Olivier Neumann de la Société Acoustique de Gonesse dans la région d’Ile de France. Il était absorbé par ses occupations. Nous avons tout de même pu tirer quelques autres informations à propos de ce projet qui va donner une aura différente à l’artère principale de la ville. “Quatre-vingts candélabres seront dotés de projecteurs (quatre pour chacun), avec des lampes à arcs et non à halogène, et d’une puissance de 575 watts par projecteur. En tissu lycra et de couleur fuchsia, nous avons confectionné mille boules qui vont reprendre la forme des lampes”, a précisé Olivier Neumann qui n’a pas caché son enthousiasme de collaborer avec la municipalité de Tunis et surtout avec M. Mohamed Moncef Barhoumi, du service de l’éclairage public. Autour de l’Horloge, il y a des travaux. Un amas de sable par-ci, de gravier par-là et des ouvriers en plein chantier. “La mairie n’arrive plus à entretenir toute la bordure et voir ce gazon s’abîmer au fil des jours sous les pieds des passants fait mal au cœur. Alors, elle a décidé de paver des passages pour les piétons”, nous a dit l’un d’entre-eux. Qui n’était pas très loin de quatre totems géants installés par la société française et qui serviront à changer les couleurs de l’Horloge de la Place 7 Novembre et tout autour en camaïeu de tons, du plus clair au plus foncé. Ainsi toute l’avenue sera parée en bleu, vert, turquoise et tous leurs dérivés. * Lumière d’ombre Même les arbres seront tout en ombre et lumière par l’effet d’un enchevêtrement lumineux qui sera torsadé entre les branches. Une bouffée d’oxygène et de nouvelles colorations pour toute l’allée. Déjà, depuis avant-hier soir, nous avons remarqué un léger changement dans l’éclairage de la ville. Ces ambiances qui métamorphosent Tunis ne seront, hélas, qu’éphémères. Mais Tunis, grâce à ces couleurs poétiques, sera plus convivial pour accueillir tout d’abord l’Aïd. Ensuite le SMSI et enfin les fêtes de fin d’année. Ce projet intitulé “Lumière d’ombre” est une idée du designer Yann Kersalé. Quant à la mise en lumière de Tunis-Médina, elle revient à Alain Guilhot. Ce projet est rendu possible grâce à la collaboration avec l’Association de sauvegarde de la Médina, la ville de Tunis et en partenariat avec le ministère du Tourisme, le ministère de la culture et de sauvegarde du Patrimoine, l’Institut français de coopération à Tunis, la ville de Lyon et avec le mécénat de Tunisiana. Le concepteur Yann Kersalé > et avec une foule de créations et de mise en lumière sur n’importe quel support d’architecture ou végétal. Nous verrons donc le tout Tunis, de la ville moderne à celle antique, fleurir en greffons lumineux. Pourvu que cette expérience se répète chaque année pendant les festivités ! Zohra ABID


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com