Frank Olivier : “Le mérite de Ben Yahia est indéniable”





A l’heure actuelle, il est l’homme fort de la formation espérantiste, Frank Olivier puisque c’est de lui qu’il s’agit, joue le régisseur, l’homme de la dernière passe et s’il le faut, le buteur. * L’Espérance vient de remporter une victoire difficile face à l’US Monastir pour se retrouver de nouveau seule au poste de commandement. Comment expliquez-vous ces difficultés à vous imposer? Je reconnais que c’était dur face à une formation monastirienne coriace et hautement compétitive. La seconde mi-temps a été difficile à négocier surtout après la sortie de Yaken pour somme d’avertissements. Cela dit, l’Espérance a mérité sa victoire. * Qu’est-ce qui vous a aidé à sortir vainqueurs, justement? Nous avons eu ce jour-là une bonne faculté d’adaptation. En infériorité, numérique et face à un adversaire qui jouait le tout pour le tout, il fallait jouer humblement, reculer et chercher les contres. D’ailleurs, ne dit-on pas que le propre des grandes équipes est de savoir s’imposer quand la manœuvre grince ou quand l’adversaire vous domine. * Sur le plan purement technique, comment jugez-vous la valeur de l’équipe qui est composée essentiellement de jeunes joueurs? Sincèrement, on ne peut que progresser. Nous avons une bonne marge de progression et une mentalité de gagneur. Le mérite revient incontestablement à notre entraîneur Khaled Ben Yahia qui sait nous motiver et pousser chacun de nous à donner le meilleur de lui-même. D’ailleurs, vous remarquez certainement que l’équipe arrive à s’imposer grâce aussi à cette volonté farouche de gagner à chaque sortie. * L’Espérance est actuellement leader de la Ligue 1; cette position installe-t-elle dans vos esprits la possibilité du titre de champion, ou est-il encore tôt pour en parler? A l’Espérance, on avance match par match, le groupe est jeune et déjà la série positive enregistrée ces dernières semaines installe déjà une certaine pression; alors il vaut mieux ne pas parler maintenant de titre. Le chemin est encore long et semé d’embûches. * Certaines rumeurs font état d’une possible convocation en Sélection camerounaise pour la CAN 2006. Où en est la vérité ? Pour l’heure, je n’ai rien reçu d’officiel mais je reconnais qu’une convocation par la Sélection du Cameroun avant la prochaine CAN me ferait grand plaisir. A l’Espérance, je progresse notablement sur tous les plans et malgré la richesse de l’effectif camerounais, j’aimerais bien être présent en Egypte. Propos recueillis par Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com