Assad promet de poursuivre tout Syrien lié au meurtre de Hariri





Washington — Agences Le président syrien Bachar al-Assad a promis, dans une lettre envoyée à Washington, Londres et Paris, de poursuivre en justice tout Syrien lié au meurtre de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, a rapporté hier le Washington Post. Dans cette lettre datée de dimanche, obtenue de sources diplomatiques, le président Assad a une nouvelle fois nié toute implication de son gouvernement dans l'attentat à la voiture piégée et prévenu que toute pression exercée à ce sujet sur la Syrie aurait "des conséquences sérieuses" dans la région. "J'ai déclaré que la Syrie est innocente de ce crime et je suis prêt à agir pour poursuivre en justice tout Syrien qui pourrait être lié à ce crime, sur la base de preuves concrètes", a déclaré Assad dans cette lettre, selon le Washington Post. Le président syrien s'est insurgé contre toute utilisation politique du rapport d'enquête pour faire pression sur la Syrie: "une telle utilisation de ce rapport aura d'importantes et sérieuses répercussions sur la situation déjà tendue que connaît notre région", a-t-il prévenu, toujours selon la lettre citée par le Washington Post. Le mandat de la commission d'enquête internationale de l'Onu a été prolongé jusqu'au 15 décembre. _____________________________ Bolton : “La commission Mehlis doit avoir accès au président Assad” Le Quotidien-Agences La commission internationale d’enquête sur l’assassinat de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri doit avoir accès à tout ressortissant syrien qu’elle juge utile d’interroger, y compris le président Bachar Al-Assad, a déclaré hier l’ambassadeur des Etats-Unis à l’Onu, John Bolton. “Cela inclut absolument le président syrien, personne n’est au-dessus de la loi”, a déclaré Bolton à la presse. “Le président (Assad) a eu le temps de parler aux médias, s’il a le temps de faire cela, il a le temps de parler au procureur Mehlis”, a-t-il ajouté. Dans son rapport d’enquête, le chef de la commission, Detlev Mehlis, affirme qu’il doit avoir accès à toute personne que la commission juge utile d’interroger.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com