Makrem Missaoui : “Je pars en France le 1er novembre”





Makrem Missaoui n’a pas resigné avec le Club Africain. Son absence prolongée a fait se délier toutes les langues et plusieurs rumeurs ont couru à son sujet. On l’a rencontré samedi dernier à la salle Gorjani où il était un spectateur attentif du match C.A - U.S Té. * Alors Makrem, on n’entend pas parler de toi. Certains ont annoncé ton retour au CA alors que d’autres évoquent ton départ à l’étranger? Le problème est simple! Mon cas ressemble comme deux gouttes d’eau à celui de Karim Saïdi. Je dispose dans mon contrat d’une clause libératoire et un club français de première division s’est montré intéressé et disposé à payer cette somme au Club Africain. * Pourquoi le transfert n’est-il pas alors réalisé? Mes dirigeants au Club Africain ne voulaient pas me laisser partir. Pourtant, j’ai tout gagné avec le Club Africain et si je quitte le club de Bab Jedid, je le fais en toute sérénité et avec la conscience tranquille d’avoir accompli ma tâche et d’avoir été très souvent au top. * Et maintenant que va-t-il se passer? C’est très simple. La Fédération Tunisienne de Handball devrait me délivrer mon bon de sortie au cours de cette semaine et ainsi je pourrai rejoindre mon nouveau club. * Où irez-vous jouer précisément et à partir de quand serez-vous à la disposition de votre nouvelle équipe? Si tout va bien et que la FTHB m’accorde le feu vert, ce qui est automatique, je vais rejoindre l’équipe de Tremblay qui vient d’accéder en première division et où avait joué la saison dernière Mohamed Madi. Je devrai être en France après le stage actuel de l’équipe nationale et plus précisément à partir du 1er novembre. * Pourquoi avoir choisi une équipe plutôt modeste, et pourquoi voulez-vous partir? Tout d’abord, je crois que j’ai tout connu dans la compétition nationale. Je crois que je n’ai plus rien à apprendre en Tunisie. C’est pour cela que je cherche à évoluer dans une compétition plus relevée et côtoyer des joueurs plus costauds. Ensuite, j’ai choisi Tremblay parce que je la considère comme une étape transitoire qui va me permettre de m’adapter à la vie professionnelle et à ses exigences. * Pourquoi avoir choisi le championnat de France. Est-ce que la réussite de tes camarades de l’équipe nationale y est pour quelque chose? Bien sûr! Leur exemple m’a encouragé à suivre leurs traces. Je pense que le championnat de France est adapté à nous autres joueurs tunisiens. Pourtant, j’ai reçu des offres d’une équipe espagnole (Grandos) et d’une équipe allemande (Pfulingën). * On a dit aussi que tu allais t”exiler dans une équipe de 2ème division? On a même dit que j’évoluerai dans une équipe de 3ème division. Et comme je te l’ai affirmé auparavant, je n’ai été contacté que par des clubs appartenant à l’élite. * Comment as tu comblé le manque de compétition? Là je dois d’abord adresser tous mes remerciements à l’équipe du Sporting Club de Ben Arous dont les dirigeants m’ont autorisé à m’entraîner avec leur équipe. J’adresse aussi mes remerciements au coach Béchir Belhaj qui m’a fait bien travailler. Enfin, le staff technique national s’est bien occupé de moi. Je me suis beaucoup entraîné avec notre coach des gardiens Zlatan qui m’a pris en charge. Je me suis entraîné quotidiennement et j’ai fait un gros travail spécifique. Donc je suis en très bonne forme. Abdellatif


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com