Radès : Au cœur du Centre de dispatching de l’électricité





Vingt-quatre heures sur vingt-quatre, une équipe de cadres et techniciens de la STEG se relayent pour coordonner entre la production et la consommation de l’électricité en Tunisie. Une tâche ardue qui permet d’éviter le gaspillage et de maîtriser la facture énergétique. Tunis - Le Quotidien Quand vous éteignez une ampoule électrique, si petite soit-elle dont vous n’avez pas besoin, vous contribuez directement à l’économie de l’énergie. En effet 24 heures sur 24, sept jours sur sept, douze mois sur douze, plus d’une quarantaine de cadres et techniciens de la STEG veillent au grain, dans le Centre national de conduite de la STEG, à l’adéquation entre la consommation et la production d’énergie à l’échelle nationale. Les centrales électriques sont mises en marche en fonction des besoins des consommateurs, car rien ne sert de laisser une centrale fonctionner indéfiniment si l’énergie produite n’est pas utilisée immédiatement. L’électricité n’est pas un produit stockable. Il est impératif de gérer l’adéquation entre la consommation et la production et d’éviter ainsi de laisser les turbines tourner à vide. Ce Centre de dispatching est l’unique en Tunisie. C’est de lui que partent toutes les décisions de la mise en service (ou en veilleuse) de toutes les turbines et centrales électriques en Tunisie. Le Centre est secondé par deux centres régionaux qui concrétisent les décisions prises à un haut niveau. Il est dix sept heures en ce jour de Ramadan. Chaque technicien est confortablement assis devant son poste d’ordinateur en train de suivre l’évolution de la consommation et de constater les écarts entre la consommation et la production. * Mobilisation Par expérience, les techniciens connaissent parfaitement les périodes de pics et les périodes de faible consommation. Celles-ci diffèrent selon les heures de la journée, selon les périodes du mois et de l’année. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les périodes de forte audience à la TV constituent des périodes de faible consommation d’électricité. Tout simplement parce que tous les membres de la famille sont cloués devant leur poste de TV et utilisent ensemble une seule source d’énergie. L’odeur des plats cuisinés pour la circonstance commence à chatouiller les narines du personnel en attendant l’appel de la rupture du jeûne. La direction de la STEG a pris en charge le volet alimentation, facilitant ainsi la vie des cadres et ouvriers confinés dans l’établissement pour accomplir ce travail de contrôle. Une petite pause est permise pendant la rupture du jeûne, mais toutes les oreilles restent attentives à un éventuel bip sonore signalant une quelconque défaillance. Trois équipes se relayent durant 8 heures chacune pour suivre de près l’évolution de la consommation d’électricité et prendre les mesures adéquates au moment opportun. L’on peut dire que c’est grâce à eux que nous suivons quotidiennement nos émissions préférées sans problèmes et sans risque de voir une chute de tension nous gâcher la vie. Lotfi Touati ___________________________ Pics de Ramadan Durant le mois de Ramadan le pic de la consommation est enregistré entre 18h30 et 22h. Durant cette tranche de la journée la courbe des charges enregistre une 1605 MW (mégawatts). Une seconde courbe moins importante apparaît durant la collation du shour entre 4 heures et 5 heures du matin.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com