Terminal de Rafah : Israël accepte la présence d’observateurs européens





Al Qods occupée-Agences Israël a accepté que des observateurs de l'Union européenne (UE) soient déployés dans le terminal de Rafah qui permet le passage entre la Bande de Gaza et l'Egypte, a indiqué un responsable israélien. Ce dossier était en suspens depuis le retrait israélien de la Bande de Gaza en septembre, ce qui avait suscité de récentes critiques de la part de l'envoyé spécial du Quartette (USA, UE, Russie, Onu) pour le Proche-Orient, James Wolfensohn qui a reproché à Israël de faire traîner les négociations. "Les ministres (israéliens) concernés par ce dossier ont donné leur feu vert à la présence d'observateurs européens qui seront chargés de superviser le passage des voyageurs à Rafah" dans le sud de la Bande de Gaza, a affirmé ce responsable du bureau du Premier ministre Ariel Sharon. "Les contrôles seront exercés par les Egyptiens et l'Autorité palestinienne du côté égyptien du terminal, tandis que du côté palestinien des observateurs européens seront présents et nous rendront compte de ce qui se passe", a ajouté ce responsable, qui a requis l'anonymat. _____________________________________ Contesté par les durs du Likoud Sharon évoque l’après-retrait de Gaza Le Premier ministre israélien Ariel Sharon a évoqué hier dans un discours au parlement l'après-retrait de Gaza alors qu'il est toujours contesté par les durs de son parti, le Likoud, qui souhaitent des élections anticipées. Le Quotidien-Agences Sharon s'est adressé l'après-midi à la Knesset pour la première fois depuis le retrait israélien de la Bande de Gaza, qui s'est achevé le 12 septembre. A cette occasion, le Premier ministre a réaffirmé que la balle est dans le camp de l'Autorité palestinienne. "Nous attendons que les Palestiniens se décident à démanteler les organisations terroristes avant de reprendre les contacts au niveau des dirigeants et aller de l'avant", a affirmé un proche de Sharon. "Si l'Autorité palestinienne continue à ne rien faire contre le terrorisme, nous nous en chargerons. Le retrait de la Bande de Gaza a permis d'améliorer de façon notable notre situation internationale, le monde nous comprend beaucoup mieux lorsque nous agissons contre le terrorisme", a ajouté ce responsable, qui a requis l'anonymat. Il a par ailleurs souligné que les récents propos du ministre de la Défense Shaoul Mofaz affirmant que le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas n'était pas un partenaire pour des négociations "relèvent de l'opinion personnelle du ministre et ne reflètent pas la position du gouvernement". Le Parlement devait se prononcer par une série de votes sur le discours du Premier ministre, sur quatre motions de censure ainsi que sur la confirmation officielle dans ces fonctions de l'actuel ministre des Finances Ehud Olmert, de même que la nomination au gouvernement de deux proches de Sharon.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com