Tunis : La cliente dérobe toute la recette du taxiste





A croire ce chauffeur de taxi le coup que lui a joué cette dame est d’une gravité telle que l’on se demande si de pareilles femmes existent sous nos cieux... Tunis — Le Quotidien A l’image de tous les conducteurs de taxis, il a choisi depuis le début de Ramadan, sa zone de chasse. Il s’agit de la banlieue nord de la capitale où les plus aisés «des couche-tard» ont pris l’habitude de passer leurs soirées ramadanesques. A vrai dire, il commence son service à vingt et une heures, en acheminant ses clients vers les cafés de Sidi Bou Saïd et autres endroits huppés de Gammarth et La Marsa. Après quoi, il s’arrête pour siroter un délicieux thé ne reprenant le travail qu’aux alentours de minuit lorsque les gens commencent à rentrer chez eux. Les affaires marchaient assez bien jusqu’à ce samedi de la semaine dernière. Il embarqua, en effet, une dame de devant un restaurant fort connu du côté de Gammarth. La cliente lui fit signe de la conduire chez elle à Hammam-Lif. Il frotta les yeux avant de jeter un coup d’œil sur la banquette arrière du véhicule pour s’assurer que bel et bien, il y avait quelqu’un et que ce quelqu’un voulait se rendre à la banlieue sud de la capitale. C’est que ce n’est pas tous les jours qu’on tombe sur une telle course, d’autant plus qu’il allait lui imposer la majoration. En tout et pour tout, il était sûr d’encaisser presque un billet de trente dinars et même plus. A vrai dire, la cliente assise derrière était du genre à laisser, un bon pourboire. A voir en effet, comment elle était habillée et surtout comment elle se tenait, on n’irait pas par quatre chemins pour comprendre qu’elle fait partie de la grande société. D’un coup et comme le chemin est long, le conducteur engagea la discussion ; c’était l’occasion pour comprendre que la dame est en réalité, une femme d’affaires. Elle s’est spécialisée dans l’import-export. D’ailleurs, elle était ce soir là avec des associés pour négocier une importante affaire et comme elle déteste conduire la nuit, elle a préféré prendre un taxi. Ces détails ont plus que réjoui le chauffeur qui s’est mis à rêver d’une bonne récompense. Conjointement et comme ce n’est pas tous les jours qu’il embarque une telle créature, il n’a pas cessé de jeter, de temps à autre un coup d’œil dans le rétroviseur pour admirer la belle plastique assise derrière. Finalement, on quitta Tunis pour prendre l’autoroute avant d’emprunter la dernière bretelle en direction de Hammam-Lif. Arrivée au centre-ville de la capitale de la banlieue sud, la cliente fit signe au chauffeur de s’arrêter juste à côté du poste de la garde nationale. A cette heure-ci il faisait tard et il n’y avait personne qui circulait dehors. Le conducteur gara sa voiture à droite de la chaussée et alluma le compteur qui a affiché presque vingt neuf dinars. Dès lors il se retourna vers la cliente pour encaisser le montant de la course. Mais grande fut sa surprise en découvrant que la dame a déboutonné sa chemise et enlevé ses chaussures en sommant le chauffeur de lui remettre tout l’argent qu’il avait sur lui le cas échéant, elle n’hésitera pas à se mettre à crier et l’accuser de tentative de viol. Le conducteur tenta tant bien que mal de convaincre la dame de quitter sa voiture même sans payer la course. En vain. Elle était si décidée qu’elle a ouvert la portière de la voiture menaçant de se rendre au poste de police situé juste en face. Cette opération de chantage était si bien menée que le conducteur n’avait le choix que de se plier remettant le contenu de la caisse à la dame qui a quitté les lieux comme si de rien n’était. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com