L’ambassadeur du Canada en Tunisie : “Avec l’ONU, contre la désertification”





Adoptée à Tunis en 2004, la stratégie 2010 de l’Observatoire du Sahara et du Sahel vise des buts de développement durable, de mobilisation de la communauté scientifique, de création de cadres d’échange… pour stopper un fléau qui menace tout le continent africain, du Nord au Sud et de l’Est à l'Ouest; la désertification. L’Agence canadienne de développement international (ACDI) accorde une contribution de 3 millions de dollars à l’Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS). Ce partenariat permettra à l’OSS de renforcer encore plus son rôle en matière de surveillance des écosystèmes et d’appuyer ses pays membres dans leur lutte contre la désertification. Selon l’Ambassadeur du Canada en Tunisie, Wilfrid-Guy Licari, “il s’agit d’une collaboration de grande envergure qui permettra à l’OSS de réaliser pleinement son mandat, lequel est directement lié à la mise en œuvre de la convention des Nations unies sur la lutte contre la Désertification (CCD)”. L’OSS dont le siège est à Tunis, est composé de 20 pays africains, 4 pays d’Europe, d’organisations sous-régionales africaines, d’organisations de la société civile et de membres partenaires. Les domaines fondamentaux de compétence de l’OSS sont la gestion durable des ressources naturelles, la lutte contre la désertification et la pauvreté en Afrique et la gestion concertée des ressources en eau partagées. L’OSS favorise aussi la mise en œuvre de la CCD en Afrique, la mobilisation de la communauté scientifique africaine et la création de cadres appropriés d’échange et de concertation entre ses membres. Tout ceci contribue à l’implantation de la Stratégie 2010 de l’OSS adoptée à Tunis en 2004. A l’ACDI, l’objectif du Programme panafricain est d’accroître la capacité africaine de prise en charge des principaux outils de développement tout en favorisant l’émergence et le renforcement d’un réseau d’organisations africaines capables de s’attaquer aux problèmes de dimension multirégionale ou continentale. Le Canada est le premier pays donateur à s’être doté d’un programme pour soutenir directement des organisations panafricaines désireuses de renforcer leurs structures et compétences organisationnelles. Outre l’OSS, le programme panafricain appuie de nombreux projets en Afrique dont l’Initiative du bassin du Nil offre à dix pays riverains du bassin du Nil les moyens d’action nécessaires pour assumer la responsabilité des principaux mécanismes de développement et promouvoir la mise sur pied et le renforcement de réseaux institutionnels capable d’agir dans plusieurs régions du bassin du Nil.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com