Journées Méditerranéennes des arts plastiques : On met les bouchées doubles





Les journées méditerranéennes des arts plastiques prévues du 9 au 13 décembre prochain à Sousse promettent d’agréables surprises cette année. Placée sous l’égide de la délégation régionale de la culture de Sousse la rencontre va donner à voir, à priori, une toile riche de couleurs. Ils sont 94 artistes venus d’Algérie, d’Italie, de Grèce, de France et de Tunisie qui seront des nôtres lors de cette manifestation méditerranéenne. Ils sont aussi 25 critiques d’art qui tenteront d’apprécier les œuvres et d’assurer l’animation du débat autour de l’art. Les critiques sont du Maroc, du Liban, de Syrie, de Jordanie, de Lybie, de France, de Suisse, du Koweït et de Tunisie. Ces critiques auront à débattre de la question de leur spécialité au sein de l’expérimentation contemporaine en manière d’art. En ce sens où la critique vient comme pour légitimer un discours artistique de plus en plus controversé et aussi pour éclairer la société sur l’expression artistique. La critique d’art serait ainsi d’une importance primordiale pour la reconduction de la marche de l’expression artistique. Elle élaborerait la communication entre le monde du verbe et celui du signe. Comment peut-on évaluer le rendement de la critique d’art ? Comment peut-on parler du discours et du statut de la critique aujourd’hui, puisque l’expression artistique et notamment celle des arts plastiques ne cesse d’innover au niveau de la forme et des moyens ? Car la contemporanéité a donné à l’art de nouvelles dimensions en assurant une rupture quasi totale avec le classique et l’académique. Telles sont les questions auxquelles les critiques tenteront d’apporter des éléments de réponse, quant à l’exposition collective elle est organisée sous le thème «les couleurs de la Méditerranée brilleront en Tunisie». Elle sera répartie à travers plusieurs espaces : le Palais du Ribat, l’espace du centre culturel de Sousse et celui de la délégation régionale de la culture. La manifestation comporte aussi des ateliers où l’on verra les artistes exercer sur leurs toiles. C’est par ailleurs un moment propice à l’échange culturel entre divers modes d’expression artistique. La communication entre les peuples se fait, aujourd’hui, notamment à travers l’art. C’est la meilleure, car elle est sans fard. Mona BEN GAMRA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com