C.A. : Des roses et des épines





Il faudra aux Rouge et Blanc fonctionner à plein gaz et marcher au super pour désamorcer le piège de l’équipe pétrolière de l’ENPPI, une création hybride dans le corps du foot égyptien puisque le ministère des hydrocarbures avait créé cette association il y à peine une décennie. Privé d’assise populaire, l’ENPPI s’est appuyé sur la puissance financière, à défaut de sympathie d’une imposante galerie, et brassé large en recrutant les meilleurs joueurs locaux à gros coups de pécules mirobolants. La vedette, Amrou Zaki, qui a failli rejoindre l’été dernier le Bayern de Munich, est ainsi tombé dans les filets de ce club très ambitieux qui va bientôt s’attaquer à la Ligue africaine des champions, ayant terminé la saison dernière à la deuxième place juste derrière l’inaccessible Al Ahly. Le coach Taha Basri met en place généralement un 3-5-2 ou un 5-3-2 très efficace et éminemment réaliste : hyper-défensif à l’extérieur et résolument offensif à domicile. * Le syndrome des blessures On peut pourtant deviner que les soucis du clan clubiste ne s’arrêtent pas aujourd’hui au seul danger représenté par la formation pétrolière du pays des «Pharaons» dont la dernière sortie (1-1 à Suez) a dû être longuement disséquée à la vidéo par Kamel Chebli et ses joueurs. En effet, depuis la victoire (1-0) mercredi dernier devant l’Etoile SS, la plus grande attention est accordée au bilan médical et à l’infirmerie qui ne désemplit plus. Jamel Rhouma, le latéral gauche qui a suppléé en cours de match Ramzi Toujani, a été victime d’une rupture des ligaments croisés qui nécessitera un repos d’au moins six mois et l’on peut d’ores et déjà craindre que sa saison soit terminée. Fort heureusement, Toujani, titulaire du poste, a eu plus de peur que de mal sur sa sortie contre l’ESS, même si son cas n’incite pas à l’optimisme, s’agissant d’un joueur sujet à des blessures et à des douleurs récurrentes. Nabil Missaoui en aura, lui, pour deux semaines de repos et devrait être relevé demain par Keïta. Mohamed Mkacher et Oussama Sellami ont dû soutenir un travail spécifique en raison de légers «bobos». Certes, le onze clubiste ne devrait pas subir demain beaucoup de remaniements mais ce qui inquiète le plus le staff technique, c’est le fait d’être contraint d’aligner quelques joueurs pas à cent pour cent de leurs moyens. La trêve réservée à l’équipe de Tunisie tombe à pic pour un CA en quête de fraîcheur et qui a tout intérêt à étoffer son potentiel humain au prochain mercato. Maintenant, le poste d’arrière gauche vient s’ajouter à la liste des secteurs prioritaires de recrutement d’autant que, même en lançant un arrière gauche issu des jeunes catégories dans le grand bain, le titulaire Ramzi Toujani n’apporte guère de sérieuses garanties sur la durée des sept mois encore à jouer, l’ancien clubiste sfaxien s’illustrant pour de fréquentes rechutes chaque fois où on le croit reparti pour prendre la saison du bon bout. S.R.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com