«Acteurs à tout prix» : Le cinéma Veiel dans toute sa teneur





«Acteurs à tout prix», un long-métrage d’Andres Veiel, tel est le titre du film qui a inauguré, mardi dernier, les journées du cinéma consacrées aux œuvres de ce réalisateur hors-pair de films documentaires. Etre acteur aujourd’hui nécessite un long parcours qui demande beaucoup de patience. Car le chemin est parfois parsemé d’embûches. Il faut avoir de l’endurance pour résister aux aléas de ce métier. Tels sont, en substance, quelques-uns des messages que véhicule «Acteurs à tout prix». Ce film résume d’ailleurs toute la démarche et les méthodes adoptées par l’homme ordinaire, ayant comme ambition de devenir un jour acteur. Au départ, le film relate la vie banale des étudiants berlinois, dont les activités sont partagées entre études et loisirs para-universitaires. Mais le héros principal de ce film est une jeune étudiante. D’autres acteurs ont joué des rôles très percutants et expressifs à la fois. A travers la vie de ces personnages, Andres Veiel tente de cerner la difficulté du parcours qui mène à la vraie vie de l’acteur. Le scénario du film est très instructif. Il résume sur un autre plan la démarche cinématographique de l’acteur allemand. Une démarche qui tente de décrypter la biographie individuelle de l’acteur. * Le cinéma d’Andres Veiel : Pourquoi ? Le cinéma documentaire a tendance, de nos jours, à être relégué aux oubliettes. En effet, et pour donner à ce genre toute sa place auprès des autres genres cinématographiques, l’Association Tunisienne pour la promotion de la Critique cinématographique et la Fédération Tunisienne des Ciné-clubs, en collaboration avec le Goëthe Institut, ont décidé de consacrer les journées du 8 au 11 novembre, au cinéma d’Andres Veiel, un cinéma entièrement voué au genre documentaire. En plus de «Acteurs à tout prix» projeté à la salle «Le Mondial», le public cinéphile a eu, hier soir, droit à une deuxième projection. Il s’agit de : «Black box RDA/FRA» un autre film documentaire du même cinéaste, toujours projeté à la salle «Le Mondial». Aujourd’hui, dans le cadre de ces mêmes journées, le Goëthe Institut accueille un troisième long-métrage d’Andres Veiel intitulé : «Les survivants». La journée du vendredi sera consacrée à la cérémonie de clôture. Réalisateur des films documentaires les plus connus en Allemagne, Andres Veiel a étudié la réalisation et la dramaturgie dans le cadre des séminaires de mise en scène de la «Kanstlehus Bethanien» (Maison des Artistes). Il a réalisé plusieurs films documentaires qui sont primés à l’étranger. Ses films, traitent des questions telles que : «Comment sommes-nous devenus ce que nous sommes actuellement ?». Mais ce n’est pas la seule interrogation qui domine dans les scénarios d’Andres Veiel. Le cinéaste allemand s’interroge aussi sur le rôle que joue la grande histoire dans notre vie individuelle. Les œuvres sont, pour la plupart, des portraits dans lesquels les biographies individuelles font bon ménage avec l’histoire particulière des hommes. C’est d’ailleurs ce à quoi nous avons assisté dans «Acteurs à tout prix». Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com