Turquie : Les hésitations de l’UE provoquent l’irritation





Le Quotidien-Agences Les ultimes hésitations européennes sur le démarrage des pourparlers d'adhésion de la Turquie, prévus après demain à Luxembourg, mettent les nerfs du pays à fleur de peau, le gouvernement menaçant d'ajourner les discussions et la presse affichant son exaspération. Avant-hier, le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan qui rentrait à Ankara d'une tournée dans les pays du Golfe a exclu que de nouvelles conditions soient imposées par l'UE à son pays pour entamer les pourparlers, alors que l'Autriche bloque toujours l'ultime feu vert des Européens. Vienne réclame que le cadre des négociations d'adhésion, qui doit être approuvé lundi par les 25, fasse référence à la possibilité d'une éventuelle "association" de la Turquie avec l'Union, mais la Turquie refuse catégoriquement une telle hypothèse et n'admet que la perspective d'une adhésion pleine et entière. Son ministre des Affaires étrangères Abdullah Gùl a pour sa part averti un peu plus tôt qu'il y avait "un risque de ne pas débuter les négociations d'adhésion", en expliquant qu'il ne se rendrait pas à Luxembourg lundi si Ankara n'était pas satisfait du texte élaboré par l'Union européenne. "Bien entendu, personne ne s'attend à ce que nous allions à Luxembourg sans avoir vu le document fixant le cadre de la négociation. Tout le monde sait cela", a-t-il expliqué. "L'avion de Gùl attendra (à Ankara) jusqu'à lundi midi", titrait hier le journal pro-gouvernemental Yeni Safak.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com