En cas de sanctions de l’ONU : Téhéran brandit l’arme du pétrole





L'Iran pourrait recourir à l'arme du pétrole si le Conseil de sécurité de l'Onu lui impose des sanctions basées sur des soupçons qu'il fabrique l'arme nucléaire, a indiqué le président Mahmoud Ahmadinejad dans des déclarations publiées hier. Le Quotidien-Agences L'Iran pourrait également interdire l'accès de sites nucléaires à des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) si le Conseil de sécurité est pressé par les Etats-Unis et leurs alliés d'appliquer des sanctions, a-t-il déclaré au quotidien de langue anglaise Khaleej Times. "Si le dossier de l'Iran est envoyé au Conseil de sécurité, nous riposterons de différentes manières, par exemple en suspendant les ventes de pétrole ou en limitant les inspections de nos sites nucléaires", a dit Ahmadinejad. Il a répété la position de l'Iran selon laquelle son pays a droit au combustible nucléaire à des fins civiles et n'a nullement l'intention d'utiliser cette technologie pour fabriquer des armes nucléaires. "Notre religion nous interdit d'avoir des armes nucléaires et notre leader religieux les a prohibées du point de vue religieux", a dit Ahmadinejad. Interrogé sur des informations évoquant des menaces de responsables iraniens sur une provocation d'une hausse des cours de brut et un retrait du Traité de non prolifération (TNP), il a affirmé que "tout être humain intelligent doit utiliser toute ressource pour réaliser son indépendance". "Les leaders des Etats-Unis et de l'Europe sont assez intelligents pour ne pas nous dénier ce droit légal. Il est normal qu'ils utilisent tout ce qu'ils ont, qui est le Conseil de sécurité, mais notre nation a les moyens de défendre ses droits", a souligné Ahmadinejad. L'AIEA a adopté le 24 septembre une résolution qui ne demande pas expressément la saisine du Conseil de sécurité à ce stade, mais qui établit les conditions d'un transfert ultérieur. Elle a invoqué la "non-conformité de l'Iran au regard du régime de non-prolifération" et des "dissimulations" prolongées. L'Iran a rejeté cette résolution et menacé d'y riposter en cessant d'appliquer le protocole additionnel au TNP autorisant des inspections inopinées et poussées des sites nucléaires, et en reprenant la production d'uranium enrichi.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com