Le Pr. Richard West, astrophysicien à l’Observatoire européen de l’Astronomie : “J’aime la Tunisie, je lui ai dédié une planète”





En visite en Tunisie à l’occasion de l’éclipse solaire prévue pour le 3 octobre, le Pr. Richard West, astrophysicien à l’Observatoire européen de l’Astronomie, a donné avant-hier à la cité des Sciences une conférence sur les nouveautés du système solaire. Amoureux de la Tunisie, il n’a pas hésité à lui dédier tout simplement une planète. Une planète qui s’appelle “Tunis” et qui gravite quelque part dans le Cosmos… Tunis-Le Quotidien L’éclipse solaire qui aura lieu le 3 octobre et qui sera parfaitement visible à travers notre pays notamment dans la région du sud-ouest a fait l’objet d’un programme très spécial du côté de la Cité des sciences de Tunis. Pour l’occasion, une série de conférences de haut niveau ont été programmées. L’Association Jeunes Sciences Tunisie (AJST) s’est bien préparée à cet événement astronomique qui ne se répète que lorsque l’horloge astronomique fait ses gigantesques tours de quelques centaines d’années. Après les conférences qui ont été données durant la semaine dernière par des personnalités de renommée universelle dans l’astronomie représentant entre autres l’Agence américaine NASA, une autre figure internationale a été accueillie avant-hier à la Cité des sciences pour faire un autre exposé sur les astres. Il s’agit du Professeur Richard West astrophysicien à l’Observatoire européen de l’Astronomie qui a expliqué à un public de jeunes venus très nombreux les mystères du système solaire qui vit depuis quelque 13,7 milliards d’années au rythme de naissances et de disparition des astres, de petites planètes et des comètes et des milliers d’autres corps astronomiques. Au cours de cette conférence sur les nouveautés dans le système solaire, l’auditoire a été transporté dans un voyage dans le temps et dans l’espace. Et quel espace! Des images inédites ont été exposées par l’astrophysicien représentant les dernières découvertes réalisées par les cosmonautes de la NASA. Des paysages martiens pris au cours des multiples missions effectuées sur la planète rouge par “Spirit”, “Opportunity” ou “Mars Reconnaissance”. Des images dévoilant les mystères de cette planète dont “la géologie ressemble à merveille aux paysages naturels du Sud tunisien”, constate cet astronome. * Une planète qui s’appelle “TUNIS” M. Richard West éprouve en fait une affection spéciale pour notre pays. la preuve de cet amour n’est jamais une déclaration simple et classique. L’homme n’a pas hésité à aller chercher dans l’univers un cadeau. Et voilà qu’il nous offre tout simplement… une planète. “J’ai été souvent en Tunisie et après avoir visité plusieurs endroits et fait beaucoup d’amis je me suis senti très bien chez vous. Alors j’ai cherché quoi faire pour exprimer mon affection pour votre pays. J’ai cherché dans mon domaine qui est l’univers et j’ai trouvé qu’il n’existait pas de planète qui s’appelle TUNIS. J’ai alors décidé de le faire. C’est une comète que j’ai découverte en 1979 lorsque j’effectuais des observations au Chili avec un grand téléscope. Depuis quatre ans, cette petite planète s’appelle TUNIS. Un nom qui figure désormais officiellement sur la liste des petites planètes et qui est approuvée par l’Union astronomique internationale”. Voilà l’histoire d’amour de cet astrophysicien racontée à notre journal lorsqu’on l’a rencontré au cours de cette conférence. * Croissant de Ramadan Par la même occasion on a profité pour lui demander comment l’astronomie peut-elle être utile dans la détermination du début de Ramadan. Cette récurrente question qui fait surface à pareille période de l’année et suscite parfois une polémique dans la communauté musulmane. “Astronomiquement parlant, on peut définir la position de la lune en relation avec le soleil avec une très grande précision qui peut s’étaler des siècles en avance”, nous a précisé le Pr West. “Mais je ne connais pas exactement les règles à travers lesquelles vous utilisez la lisibilité de la lune, ou du croissant pour déterminer Ramadan. Peut-être que l’interprétation religieuse a sa considération mais ce que je peux confirmer c’est que la position de la lune, techniquement parlant, est une position calculable par les astronomes sur plusieurs années dans le futur”. La résolution scientifique du problème pourrait néanmoins nous priver à jamais de ces instants d’attente et de suspense du discours du Mufti. Des instants qui ont certainement leur mystère… et leur charme. Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com