Eclipse annulaire en Tunisie : Le mariage des astres perd de son mystère





Une éclipse annulaire a été visible hier au Sud du pays et partiellement dans les autres régions. La panique générale qui a eu lieu au cours de l’éclipse de 1999 ne s’est pas reproduite. Ce phénomène astronomique rare semble avoir perdu l’aura de mystère qui l’accompagnait naguère. Tunis - Le Quotidien Les nuages ont joué au trouble-fête hier privant des centaines de milliers de Tunisiens d’observer l’éclipse solaire annulaire qui n’ a pas été visible dans nos murs depuis le 30 août 1905. Des milliers de Tunisiens ont, toutefois, pris d’assaut les espaces aménagés à cette occasion à la Cité des sciences dans la capitale, Tataouine et Douz où l’éclipse été presque totale. Quelque 800 curieux se sont dirigés, en effet, vers la Cité des Sciences où un espace spécial éclipse a été aménagé. Jeunes et moins jeunes ont pu malgré un soleil jouant à cache-cache avec les nuages observer à l’aide des télescopes et autres équipements sophistiqués le passage du disque lunaire devant le soleil. A Douz, Tataouine, Médenine... le spectacle était plus attrayant. Badauds curieux et “chasseurs d’éclipses” ont admiré le mariage des astres. Une légère obscurité a même duré un peu plus de quatre minutes au niveau de ces régions du Sud. * Evolution des mentalités D’aucuns ont utilisé des moyens non adaptés d’observation malgré les conseils du ministère de la Santé publique largement médiatisés. N’empêche que la panique générale qui avait marqué l’éclipse de 1999 ne s’est pas reproduite. Au cours de la dernière éclipse, le passage de la lune entre le soleil et la terre a créé une situation tout à fait exceptionnelle. A l’époque, les rues étaient désertées, les commerçants avaient fermé boutiques. La paralysie de l’activité économique était presque totale. Les rumeurs les plus invraisemblables avaient circulé. Les Tunisiens craignaient de devenir aveugles. Il faut dire que la perception de ce phénomène naturel par les Tunisiens a connu une évolution remarquable. “Naguère, l’éclipse suscitait la peur et paralysait tout le pays. De nos jours, les temps ont tendance à changer dans le bon sens. Tout un chacun sait ce que c’est une éclipse”, souligne Mabrouk Helal, jeune cadre. Certaines pratiques mystérieuses du bon vieux temps n’ont plus droit de cité. “Avant ma mère et mes tantes battaient le pilon durant les éclipses. Elles croyaient que ce n’est que de cette façon que l’événement passe sans dégâts”, précise Maher Chargui. Ce banquier quadragénaire se souvient toujours de “la paralysie totale” de 1999 quand même des fonctionnaires avaient pris des congés afin d’éviter tous les risques. Mohamed Mehdi Chaouch, étudiant, fait remarquer à son tour que “l’éclipse était perçu jadis comme un des signes avant-coureurs du jour du jugement dernier” en signalant que “les mentalités ont changé grâce au développement des moyens de communication et d’information et des campagnes de vulgarisation”... W.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com