Exposition : … Si la Tunisie m’était contée !





Patricia Natale est née étrangère. De parents italo-espagnols de naissance algéroise, cette peintre a choisi de vivre à l’Hexagone. A la recherche d’«une terre amoureuse», elle a trouvé en la Tunisie, cette terre propice qui l’aide à ressusciter son affection. «Si la Tunisie m’était contée», titre de son exposition qui se tient depuis le 27 septembre et qui se poursuit jusqu’au 10 octobre à «El Teatro», illustre parfaitement cet amour pour la Tunisie. Pourtant, cette peintre se réclame d’un pays neutre. Des parents algérois de naissance, mi-espagnole par sa mère, mi-italienne par son père, Patricia qui a grandi à l’Hexagone, a un cœur voyageur. Sa peinture aussi. Raison pour laquelle, elle a décidé d’immortaliser ses souvenirs, ses rêves sur la Tunisie. Ses 22 tableaux, dans leur majorité explicitent de façon percutante les multiples facettes de la culture et de la nature du pays des descendants de Carthage. Polyvalente et bardée d’une vision hautement multiculturelle, Patricia utilise une technique mixte dans ses œuvre. Elle a recours au bois et à la toile qui constituent selon elle les éléments les plus adaptés à son style. Tantôt l’artiste choisit pour ses tableaux des titres en rapport avec ses souvenirs, tantôt ceux relatant les multiples dimensions des traditions tunisiennes. En témoignent d’ailleurs des œuvres comme : «Souvenir 1», «Souvenir 3», «Rêve 1», «Rêve 2», «Espoir» qui explicitent parfaitement la vision de Patricia sur la Tunisie. Dans une bonne partie de ces œuvres, Patricia procède à un mélange insolite et intelligent des couleurs, lesquelles sont couplées avec d’autres matières secondaires. Elle restitue, par ailleurs, à travers un style très adapté certaines particularités des traditions et des rituels d’antan. «Vie de femme», «Bédoin / Bédouine» en sont une illustration frappante. Ces œuvres mettent en exergue la beauté de la femme d’antan, et dévoilent ses spécificités. Le moins qu’on puisse dire est que Patricia pratique une peinture spontanée qui est le reflet de ses méditations et son amour pour la Tunisie. Autodidacte, son parcours pictural se construit d’abord à l’étranger, dans l’arrière pays niçois. Difficile pour elle de se situer dans une telle ou telle école; elle puise tantôt son inspiration dans le style abstrait, tantôt dans «l’art pour l’art». Une façon donc pour elle de toucher et de traiter à travers ses œuvres tous les souvenirs qui l’ont marquée. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com