Tunisie – Maroc : Zaki jouera d’entrée l’offensive à outrance





Comme c’est le cas pour la Sélection tunisienne, celle du Maroc se prépare sérieusement au rendez-vous du samedi et semble décidée à tout faire pour arracher la qualification au Mondial 2006. Après avoir battu difficilement le Botswana à Rabat (1-0) lors de l’avant-dernière journée du Groupe 5, Badou Zaki, l’entraîneur marocain, a laissé entendre que le match de vérité se jouera à Tunis et qu’il ne faut pas juger son équipe dans ce match-piège contre un adversaire venu pour jouer sans pression, juste pour laisser une bonne impression. * Tout axer sur Chammakh Et depuis, on ne parle au Maroc que de ce fameux duel avec la Tunisie le 8 octobre à Radès. D’ailleurs, à mesure que le match approche, les médias marocains se mettent de plus en plus du côté de l’entraîneur national, patriotisme oblige. On ne parle presque plus de sa décision de ne plus convoquer Noureddine Naybet, son capitaine, et on commence même à lui donner raison dans cette affaire, en attendant le verdict du 8 octobre. Des journalistes et des consultants, appelés à s’exprimer lors de quelques émissions sportives à la radio et à la télévision, ont été tous unanimes à propos de la valeur et même de la suprématie des Tunisiens, mais ils considèrent que l’exploit demeure possible. Dans leurs analyses, ils ont toujours rappelé qu’il s’agit souvent d’un derby dont le résultat et incertain quel que soit le lieu de la rencontre. Ainsi, ils s’attendent à voir les leurs livrer un match héroïque et l’emporter à Radès. Les intervenants n’ont pas manqué de demander à Badou Zaki de jouer l’offensive à outrance, avec une formation tournée vers l’attaque car, estiment-ils, la prudence ne servira à rien quand il s’agit de gagner coûte que coûte. Les consultants misent beaucoup sur le métier des attaquants, capables, selon eux, de tout faire et de renverser la vapeur à tout moment. Ils citent en premier lieu Marouène Chammakh, le redoutable attaquant de Bordeaux, qui est à la fois un buteur et un excellent remiseur grâce à son bon jeu de tête. Ils demandent à Zaki de bien soutenir ce joueur et ne pas le laisser esseulé au milieu de la défense tunisienne. Le décor est déjà planté et nous pensons que Badou Zaki va, cette fois-ci, prendre des risques en attaque et essayer de faire taire ses détracteurs. Il faut s’attendre à une tactique marocaine qui favorisera le jeu offensif. Roger Lemerre est averti, mais il n’a pas besoin d’écouter ces consultants pour choisir les meilleures solutions afin d’assurer aux Aigles de Carthage la qualification au Mondial 2006. Il est toujours aisé de parler tactique dans un studio, mais sur le terrain, il s’agira d’une autre paire de manches. Kamel ZAIEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com