Cinq partis politiques tiennent leurs congrès cette année : Ce qui va changer…





Affaiblis, profondément divisés ou encore à la recherche d’une nouvelle identité cinq partis d’opposition tiendront leurs congrès cette année. Aspiration commune: sortir de la situation de léthargie dans laquelle se trouve l’opposition. Néanmoins, les observateurs rompus aux spécificités du multipartisme en Tunisie ne s’attendent pas à ce que ces congrès créent une dynamique remarquable sur la scène politique nationale. Tunis - Le Quotidien Deux partis tentent toujours d’en finir avec le syndrome de la division qui les frappe de plein fouet depuis plusieurs années. Trois autres sont à la recherche d’un meilleur positionnement sur l’échiquier politique national. Les cinq partis d’opposition qui tiendront bientôt leurs congrès ne cachent pas leurs objectifs. Le mouvement des Démocrates socialistes, le parti de l’Unité populaire, l’Union démocratique unioniste, le Mouvement “Ettajdid” et le Parti démocratique progressiste aspirent, en somme, à résoudre les problèmes de l’alternance interne, revoir leurs orientations politiques, présenter des alternatives socio-économiques crédibles et mettre de l’ordre dans le jardin à l’occasion de leurs congrès. Ces aspirations ne sont pas, selon les observateurs avertis, de nature à créer une nouvelle dynamique politique. C’est que l’écart semble être énorme entre les objectifs annoncés et la réalité de ces partis. Le Mouvement des Démocrates Socialistes (MDS) dont le Congrès devrait se tenir en décembre 2005 peine à mettre fin au syndrome de la division dont il souffre. Pire encore, les Démocrates socialistes commencent à remettre en question l’utilité de ce congrès “qui ne sera marqué ni par la relecture de la ligne politique du parti, ni par un débat profond sur les questions nationales”. La question de l’alternance à la tête du parti n’a même pas été évoquée. D’ailleurs, les thèses du courant créé par M. Mohamed Ali Kalfallah, président du Conseil national du Mouvement, commencent, croit-on savoir, à trouver un bon écho auprès des militants puisqu’elles appellent à ce que le congrès soit précédé par un débat profond sur la situation actuelle et l’avenir du MDS. Le congrès pourrait, ainsi être reporté pour une date ultérieure. * Alternance Au cours du congrès du Parti de l’Unité Populaire (PUP), l’alternance ne sera pas au rendez-vous. M. Mohamed Bouchiha, secrétaire général du parti, sera reconduit à la tête du parti en mars 2006. Le PUP mise, toutefois, sur le rajeunissement des structures du parti dont notamment le Bureau politique, les propositions de réformes politiques touchant le code électoral et le code de la presse ainsi que les statuts des municipalités et la révision de son référentiel idéologique. Au sein de l’Union démocratique unioniste (UDU), le poste de premier responsable suscite toutes les convoitises. Le congrès de l’UDU est également appelé à mettre fin aux querelles intestines qui minent ce parti d’obédience nationaliste arabe depuis l’incarcération de son ancien secrétaire général et à présenter des alternatives sociales et économiques. Le congrès du Mouvement “Ettajdid” serait marqué par l’alternance à la tête du parti. M. Mohamed Harmel pourrait cette fois se retirer du poste du secrétaire général. Du côté du Parti Démocratique Progressiste (PDP), l’alternance à la tête du parti est certaine. Le secrétaire général de ce parti a déjà annoncé qu’il ne succède pas à lui-même en mars 2006. Walid KHEFIFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com