Irak Sur fond de tractations politiques : La Résistance se déchaîne





• Un convoi de la Ligue arabe attaqué Un convoi de la Ligue arabe a été attaqué hier à Bagdad où un soldat américain et huit membres des forces de l’ordre irakiennes, ont été tués sur fond d’ultimes discussions des partis politiques afin de rallier les sunnites à la Constitution à quelques jours du référendum. Le Quotidien-Agences Un convoi d’une mission de la Ligue arabe a essuyé des tirs en début de soirée à Bagdad, qui a fait six blessés parmi les gardes fournis par les autorités irakiennes. Au Caire, un haut responsable au siège de Ligue a affirmé que les membres de la délégation étaient « sains et saufs». Cette attaque intervient sur fond de critiques chiites à l’encontre de cette mission. Par ailleurs, onze Irakiens principalement des forces de l’ordre et un soldat américain ont été tués hier dans des attaques en Irak, dont deux attaques-suicide à Bagdad, alors que les corps de neuf personnes ont été découverts, selon des sources de sécurité. «Trois civils ont été tués et cinq autres blessés dans une attaque-suicide à l’une des entrées de la zone verte», le secteur protégé du centre de Bagdad où se trouvent les ambassades des Etats-Unis et de Grande-Bretagne et les bureaux du gouvernement irakien, selon une source du ministère de l’Intérieur. L’attaque, qui a tué également un soldat américain, a eu lieu à l’entrée ouest de ce périmètre dans le quartier Harthia, a-t-on précisé. Dans le quartier Ilam, dans le Sud-Ouest de Bagdad, un kamikaze a lancé son véhicule piégé contre une voiture de la police garée sur le bas-côté, blessant trois policiers, selon la même source. Dans une autre attaque dans l’Ouest de la capitale, un convoi de la police a été mitraillé par des inconnus, qui ont tué deux policiers et en ont blessé six autres, a ajouté la même source. Par ailleurs à Bagdad, un officier de police a été grièvement blessé par balle, a ajouté cette source. A Bagdad également, la police irakienne a découvert cinq corps d’hommes tués par balles dans le quartier Houriyah, selon une source du ministère de l’Intérieur. Dans la région de Kirkouk, quatre soldats irakiens ont été tués et 10 autres blessés dans deux attaques, selon une source policière. Quatre corps d’hommes, tués par balles, ont été retrouvés les mains attachées et les yeux bandés près du fleuve Tigre dans une localité à 90 km à l’Ouest de Kirkouk. Une attaque à l’explosif a visé à Hawijah une patrouille de l’armée, tuant deux officiers et blessant huit soldats, a indiqué le colonel de police Ahmed Al-Obeïdi. Deux autres soldats ont été tués et deux blessés dans les mêmes circonstances à environ 12 km au Sud de Kirkouk. A Baaqouba, un engin a explosé contre une patrouille militaire, blessant trois soldats, selon une source militaire. Au Sud de Bagdad, dans la ville majoritairement chiîte de Hilla, un obus de mortier s’est abattu près de la représentation consulaire américaine dans la nuit de dimanche à lundi, a indiqué une porte-parole américaine Vicki Stein, en précisant que l’attaque n’avait pas fait de victimes. * Ultimes discussions Sur le plan politique des chefs de partis politiques irakiens tenaient hier d'ultimes discussions pour encourager les sunnites à se prononcer en faveur du projet de Constitution qui sera soumis dans cinq jours au référendum. A Bagdad, des discussions, à l'initiative de Massoud Barzani, le chef de la région autonome du Kurdistan et leader du Parti démocratique du Kurdistan (PDK), sont en cours pour "susciter un ralliement des Arabes sunnites" au projet de Constitution, selon un haut responsable kurde. D'importantes organisations sunnites ont appelé samedi à rejeter le texte car il porte selon elles "les germes d'une division de l'Irak" en raison des dispositions sur le fédéralisme. Barzani a rencontré dimanche Abdel Aziz Hakim, chef du bloc chiite majoritaire au Parlement, et dirigeant du Conseil suprême de la révolution islamique en Irak (CSRII), le grand parti chiîte ainsi que des leaders sunnites. Une réunion s’est par ailleurs tenue hier entre le président Jalal Talabani, un Kurde, et le Premier ministre, le chiîte Ibrahim Jaafari pour formuler des propositions. Le porte-parole du gouvernement Leith Koubba a fait mention de ces discussions en déclarant qu'elles devaient porter sur les moyens de rendre le projet acceptable pour les Arabes sunnites qui ont appelé à rejeter le projet de Constitution. Des sources politiques, comme le député sunnite Michaan Joubouri, ont estimé qu'il serait possible de considérer le projet comme "provisoire" et donc sujet à des amendements pour susciter un vote en faveur du projet. Mais Jawad Al-Maliki, le numéro deux du parti Dawa de Jaâfari, a assuré que cette proposition était inacceptable pour son groupe, un pilier de la liste chiîte majoritaire au Parlement. Mais selon un responsable proche du dossier à Bagdad, "les dernières discussions sur le texte ont peu de chances d'aboutir et ont pour seul but d'envoyer un message positif aux sunnites et les pousser à se rendre aux urnes pour voter +oui+". Le texte a en effet été imprimé à des centaines de milliers d'exemplaires par l'Onu et sa distribution à la population est bien avancée, à quelques jours du référendum, le 15 octobre. Plus de 15,5 millions d'Irakiens sont appelés aux urnes.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com