Accidents de circulation pendant Ramadan : La cote d’alerte !





Tunis - Le Quotidien Insomnie, fatigue et manque de nicotine dans le sang pour les fumeurs, une bonne partie de nos concitoyens conducteurs affrontent toutes les difficultés du monde sans pouvoir concilier entre le jeûne et la bonne conduite au volant. Résultat : les accidents de circulation se multiplient davantage durant le mois du jeûne. Ca devient désormais une règle : Ramadan dans nos contrées est la saison de tous les excès. A l’instar de tous les autres phénomènes de société qui gagnent exagérément de l’ampleur durant ce mois, le comportement des conducteurs au volant tend à suivre la même tendance. Le «self-control» devient le premier perdant donnant lieu à un bilan en matière d’accidents de la circulation qui s’alourdit et une liste de tués et de blessés qui s’allonge encore et encore. Statistiques à l’appui, le phénomène se confirme depuis déjà plusieurs saisons. A en croire nos sources auprès de l’Association Tunisienne de la prévention Routière (ATPR) les accidents de la route augmentent d’une façon très nette au cours du mois du jeûne par rapport au reste de l’année. Les chiffres de Ramadan 2004 étant toujours indisponibles, la tendance de Ramadan 2003 confirme bien ce constat. Cette année-là, le mois du jeûne a coïncidé avec le mois de novembre. Ce mois s’est achevé en effet avec un bilan assez inquiétant en terme d’accidents survenus sur les routes et les autoroutes du pays. On y comptait 975 accidents parmi lesquels 725 ont eu lieu dans les agglomérations urbaines. Au total 134 personnes ont perdu la vie. 1314 autres s’en sont sorties avec des blessures graves. Pour confirmer la croissance du nombre d’accidents au cours du mois sacré, une comparaison avec les résultats du mois d’octobre 2003 montre une évolution de plus de 100 accidents et une dizaine de tués de plus. * Les statistiques confirment Une étude effectuée par l’Observatoire National de la Circulation (ONC) qui a passé en revue l’ensemble d’accidents enregistrés entre 1998 et 2003 révèle de son côté que les accidents de circulation deviennent plus graves et font encore plus de victimes durant le mois du jeûne en comparaison avec la moyenne habituelle de l’année. Les accidents considérés «très graves» représentent en effet 11,23% de la totalité des accidents enregistrés durant un mois quelconque. Cette proportion passe à plus de 12% au cours de Ramadan. Selon la même étude la période matinale se situant entre 5 et 6 heures enregistre le plus d’accidents graves. Vient ensuite la période de l’après-midi précédant l’heure de la rupture de jeûne. Au cours de cette période qui se caractérise généralement par les embouteillages dans les grandes villes et sur les autoroutes, les accidents se multiplient mais les dégâts sont plutôt matériels. Ainsi, quand les Tunisiens entament le jeûne ils s’adonnent à tous les risques, contrairement à ce que véhicule le mois sacré qui constitue un aubaine pour adapter les bonnes pratiques loin des excès en tous genres. Hassen Ghediri


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com