Slim Ben Achour : «Le poids de la pression»





Sans être l’auteur d’une belle prestation face au Maroc, Slim Ben Achour a donné l’impression de revenir lentement à son meilleur niveau grâce à son passage au Portugal. Dans cet entretien il nous fait part de sa joie de jouer de nouveau une Coupe du Monde et la portée de cette qualification. * Quel sentiment éprouvez-vous après cette qualification au Mondial 2006 ? Ma joie est immense car la Tunisie aura encore une fois l’occasion d’évoluer aux côtés des meilleures nations du football mondial. On aura aussi à prouver que notre présence régulière à ce rendez-vous n’est pas le fruit du hasard. * Avouez aussi que cette qualification a été obtenue dans la douleur ? Oui. Face à un adversaire difficile à manier et à contenir et sous le poids de la pression, il fallait plus que la valeur technique pour s’en sortir. Notre force mentale, l’apport du public et la chance ont aidé notre équipe à obtenir ce nul, synonyme de qualification. * Avez-vous à un certain moment craint le pire ? On n’avait pas eu le temps de réfléchir. Les événements s’étaient succédé rapidement. Il fallait tenir le coup pour ne pas sombrer et revenir vite au score. Et croyez-vous ce n’était pas facile de gérer le stress qui a entouré ce match.. Il fallait tenir le coup pour ne pas sombrer et revenir vite au score. C’était vraiment très dur, surtout quand on devait faire le jeu à (1-2) et que les Marocains avaient reculé d'un cran. * Que vous restera-t-il de ce match quand vous aurez tout oublié ? Que la Tunisie possède désormais une grande équipe qui sait s’imposer même quand elle joue mal. Face à beaucoup de contraintes ce n’était pas évident. Il fallait satisfaire ce public merveilleux venu faire la fête, composer avec un adversaire redoutable qui joue le tout pour le tout et avec une pelouse en mauvais état... * Que représente pour vous cet acquis ? C’est très positif pour le groupe. Une troisième présence successive en Coupe du Monde ne peut que faire du bien au foot tunisien et nous permettre à tous de gagner en compétitivité. * Votre passage au Portugal vous-a-t-il permis enfin de devenir compétitif ? Je ne m’en plains pas, bien au contraire. Je joue régulièrement avec mon club, je marque des buts et je progresse notablement. Ce changement de cadre m’a fait beaucoup de bien et c’est de bon augure avant... la prochaine Coupe du Monde en Allemagne. Propos recueillis par Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com