Au dixième jour de Ramadan : Le prêt-à-porter enfants gagne des galons





Tunis-Le Quotidien Ramadan rime toujours avec la fête de l’Aïd. Autant on pense au quotidien à un dîner varié autant on se soucie pour les gâteaux de l’Aïd et surtout les vêtements des enfants. Ceux-ci sont gâtés chaque année avec des tenues et des chaussures flambant neuves. Certes, le budget limite des fois les achats notamment pour les gens les moins aisés. Mais beaucoup se débrouillent pour que le shopping de l’Aïd El Fitr ait lieu dans les meilleures conditions. Côté boutiques, les vitrines annoncent la fête. Bien qu’elle ne soit pas encore très proche, on commence déjà à attirer les clients. Car le temps passe vite et chacun cherche au moins à constituer son idée sur l’offre. Au Palmarium, les magasins ouvrent le soir à partir d’aujourd’hui. Nous sommes au dixième jour du mois sacré et il est temps pour bon nombre de nos concitoyens d’attaquer les vitrines. En effet, les boutiques au Palmarium sont aux dernières retouches se préparant à la ruée des parents. Le centre est principalement dédié aux petits puisque c’est leur fête. Le jean est le tissu fétiche aussi bien pour les fillettes que pour les garçons. Si la tenue est destinée aux filles, on a forcément des pantalons et jupes avec des vestes et le tout est strassé ou alors décoré avec des bouts de tissu de toutes couleurs. Les prix de ces tenues oscillent entre cinquante et soixante-dix dinars. Sinon, on trouve des articles à des prix beaucoup plus doux. Le produit tunisien qui privilégie, avouons-le, le design plutôt que la qualité est à la portée des différentes bourses. Pour les parents qui ne cherchent pas le luxe ou les marques et se contentent d’une tenue présentable et mignonne, il y a vraiment le choix. Surtout si on n’a qu’un seul enfant. Mais ce n’est pas le cas pour la plupart. A la rue Jamel Abdennasser, on ne sait plus quoi regarder tellement les vitrines sont nombreuses et toutes attirantes. Il est vrai que les articles ne sont pas très différents, mais il faut bien voir pour s’assurer du bon choix. Les couleurs des vêtements pour filles sont encore au clair. Il faut dire que c’est la tendance de l’été qui reste valable jusqu’à maintenant. Devant ces vitrines, des femmes s’arrêtent déjà et jettent un coup d’œil sur ce qu’il y a. Ce sont surtout les ménagères qui vont ou rentrent du marché central. D’autres semblent venir spécialement dans la matinée pour éviter l’encombrement. Elles essaient de se décider dès maintenant pour en finir. Mme Saïda Grissa, une mère de famille avoue qu’il est difficile d’acheter les vêtements des enfants actuellement: “Il faut attendre l’argent afin de prendre tout le nécessaire. je n’aime pas faire ces achats en plusieurs parties. je préfère avoir mon argent pour tout acheter une fois pour toutes”. Mme Grissa est accompagnée par sa belle-sœur qui est mère de trois enfants comme elle. Mounira Slimani est tranquille. Elle n’a rien à acheter cette année. “Mon mari vient de rentrer de l’étranger et il a prévu les vêtements de l’Aïd depuis qu’il est parti”. Donc cet Aïd Seule Mounira va acheter une nouvelle tenue: “cela me prendra une heure de temps. Je ne supporte pas le lèche-vitrines”. A propos des prix, les deux dames pensent qu’ils ne sont pas exorbitants et qu’il y a toujours moyen de préserver son porte-feuille. D’autant plus que ce sont les dépenses quotidiennes de Ramadan qui vident les poches des ménages tunisiens. Ils consomment comme des fous pour une bouffe qui part en grande partie dans la poubelle et sont acculés par la suite à débourser de l’argent pour le plaisir inévitable des enfants. Jusqu’à maintenant, le mouvement du côté des boutiques de prêt-à-porter est assez calme. Mais la ruée ne tardera pas et bientôt il sera impossible d’approcher ces lieux. M.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com