Des horaires inadaptés





La Fédération tunisienne de basket-ball persiste et signe. Pour la deuxième fois de suite, elle programme dans l’après-midi toute une journée en Nationale A, vendredi 14 octobre, à partir de 14h30 (un derby comme EOGK - EZS ou encore le choc USM - CA) ou de 15h00 (le classique JSK - SN). Pourtant, entraîneurs, joueurs et dirigeants ont appelé en chœur à un retour rapide aux soirées de basket-ball. Après la rupture du jeûne, le joueur se sent nettement plus à l’aise et en totale possession de ses moyens alors que tous les entraîneurs vous diront à quel point la dernière journée, proposée dans l’après-midi (14h30) a enfanté un spectacle médiocre, lent et ennuyeux (le cas du sommet SN - USMo) où les acteurs semblent péniblement s’acquitter d’une corvée. On ne vous parlera pas des quelques basketteurs malades (diabétiques...) qui ne peuvent pas jouer à jeûn. Même les trésoriers se plaignent de ces horaires impossibles et inadaptés qui font que des chocs comme CA-JSK ou SN - USMo se jouent devant quelques poignées de courageux spectateurs. Jouer au basket avant la rupture du jeune, c’est tout simplement massacrer la compétition et faire subir un inhumain supplice aux joueurs. S.R.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com