La Russie dans l’embarras : Le front caucasien s’embrase





Le Quotidien-Agences Les autorités sont parvenues hier à reprendre entièrement le contrôle de la ville de Naltchik, dans le Caucase russe, mais les attaques lancées la veille par des dizaines d'hommes armés ont fait 108 morts, selon le dernier bilan officiel. Une demi-douzaine d'otages ont été libérés hier matin dans cette ville de la république russe de Kabardino-Balkarie, ont indiqué les responsables sur place. Douze civils et 24 membres des forces de l'ordre ont trouvé la mort dans ces attaques, a annoncé hier le ministre de l'Intérieur Rachid Nourgaliev, en faisant son rapport devant le président Vladimir Poutine. En outre, 72 attaquants ont été tués et 31 arrêtés, a-t-il ajouté, citant des chiffres encore provisoires. De plus, l'hôpital de Naltchik soignait hier 95 personnes blessées, a indiqué un responsable de cet établissement sur la radio Echo de Moscou. "Ce sont des militaires, des habitants de la ville et des policiers", a précisé ce responsable cité par la radio sous couvert de l'anonymat, et "parmi eux, neuf personnes sont dans un état grave et en réanimation". La presse russe était sévère hier envers les autorités, relevant que la guerre s'étendait dans tout le Caucase du Nord et que les forces de l'ordre étaient incapables de prévenir les attaques rebelles. Un nouveau "front caucasien", écrivait le quotidien d'opposition Novye Izvestia. "Les services spéciaux ont de nouveau laissé se produire un assaut contre une ville". L'opération rebelle contre Naltchik est en effet la dernière d'une série d'attaques qui, depuis plus d'un an, déstabilisent tout le Caucase russe, et non plus la seule Tchétchénie où les troupes fédérales sont à nouveau déployées depuis octobre 1999.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com