Enseignement supérieur privé : Les investisseurs étrangers arrivent et la Chambre nationale s’oppose !





La Chambre nationale de l’enseignement privé s’oppose fermement à l’installation des universités privées étrangères en Tunisie. Tunis-Le Quotidien Alléchés par l’augmentation exponentielle du nombre des étudiants en Tunisie, des investisseurs étrangers dans le domaine de l’enseignement supérieur viennent de déposer des demandes auprès du ministère de l’Enseignement supérieur pour s’installer dans nos murs. La nouvelle confirmée par le ministère donne désormais des sueurs froides aux investisseurs tunisiens. Accourue au chevet de ce secteur qui n’arrive pas à décoller depuis dix ans, la Chambre nationale de l’enseignement privé oppose un veto à l’installation des investisseurs étrangers. «Nous nous opposons fermement à l’installation des universités étrangères. Le secteur a du plomb dans l’aile puisqu’il n’arrive toujours pas à attirer un nombre suffisant d’étudiants», souligne M. Abdellatif Khammassi, président de la Chambre. Et d’ajouter : «Le ministère de tutelle est appelé à voler au secours du secteur de l’enseignement supérieur privé. Beaucoup d’établissements pourraient mettre la clef sous le paillasson cette année. Les investisseurs qui ont mis en place cinq universités au cours des trois dernières années s’en mordent aujourd’hui les doigts». M. Khammassi estime également qu’«il revient aux autorités de tutelle d’améliorer l’image de marque du secteur perçu comme la cinquième roue de la charrette vu que les investisseurs n’ont ménagé aucun effort pour développer la qualité de l’enseignement». Les vingt et un investisseurs tunisiens appellent, en outre, le ministère de tutelle à se pencher sur les solutions proposées par leur Chambre qui constituent le fruit de trois séminaires organisés en 2004. Le secteur de l’enseignement supérieur compte 21 établissements auxquels sont inscrits 3000 étudiants dont 880 étrangers. Les universités privées qui ont signé neuf conventions avec des universités étrangères et dix conventions avec des établissements universitaires publics tunisiens délivrent 380 diplômes dont 104 mastères spécialisés. Le secteur bénéficie de certaines incitations fiscales et matérielles. Walid KHEFIFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com