Chavez :





Le Quotidien-Agences Les producteurs de pétrole sont presque à la limite de leur production, les réserves s'épuisent et la demande ne cesse d'augmenter, ce qui veut dire que les prix du pétrole "continueront à monter", a affirmé hier à Salamanque le président vénézuélien Hugo Chavez. "Le monde devra s'habituer à un prix du baril au dessus de 50 dollars (...) Il sera difficile d'augmenter la production", a-t-il dit en marge du XVe sommet ibéro-américain de Salamanque, dans l'ouest de l'Espagne. Selon le dirigeant dont le pays est le seul d'Amérique latine à faire partie de l'Organisation de Pays exportateurs de Pétrole (OPEP), le monde est proche "d'une grande crise énergétique mondiale". Chavez a rappelé que le Venezuela, qui possède une part de production Opep de 3,1 millions de barils par jour, dont il vend environ 1,5 million aux Etats-Unis, frôle sa limite. Selon le dirigeant, l'augmentation de la demande de brut se doit "au consumérisme du modèle irrationnel capitaliste", citant explicitement les Etats-Unis, un pays qui "consomme presque 25% du pétrole de la planète avec 5% de la population mondiale". Pour Chavez, les problèmes des activités de raffinerie aux Etats-Unis et la guerre en Irak qui "déstabilisent les prix", sont d'autres facteurs responsables de la flambée du brut.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com