“Aveux” de Saddam : La Défense réitère son démenti





Le Quotidien-Agences L'avocat du président déchu Saddam Husseïn a nié hier avec force que son client ait fait des aveux concernant des crimes commis sous son régime, comme l'avait affirmé le chef de l'Etat irakien, le Kurde Jalal Talabani. "Il n'y pas eu d'aveux de la part du président Saddam Husseïn", a affirmé le comité de défense du président déchu dans un communiqué signé par son avocat irakien Khalil al-Doulaïmi, au lendemain d'une affirmation dans le même sens. "En tant que comité de défense, nous n'avons jamais été informés, ni par la Cour ni par toute autre partie concernée, de la date du procès", de l'ancien président, fixée au 19 octobre, a affirmé le texte. Il relève que "s'il s'avère exact qu'un juge ait fait des révélations à Talabani (à ce sujet) il doit démissionner". Talabani avait déclaré mardi soir, en dépit de son opposition à la peine de mort, que le président déchu avait fait des "aveux importants" et qu'il méritait de mourir. "J'ai récemment reçu un juge d'instruction chargé d'interroger (Saddam Husseïn) (...) et il a dit avoir réussi à lui arracher des aveux importants et à lui faire signer sa déposition", a-t-il dit. Il avait ajouté sur la télévision Iraqia que ces aveux concernaient l'opération Al-Anfal qui avait déplacé les habitants de centaines de villages kurdes et fait quelque 180.000 victimes ainsi que des "ordres d'exécutions que Saddam a reconnu avoir signé de sa main". Me Doulaïmi a estimé que Talabani n'avait pas à violer le secret de l'instruction et que lorsqu'il souhaite la mort de son client, dont il a dit qu'il mérite de "mourir cent fois", il n'y a "aucune chance pour un procès équitable".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com