Oued Tessa : Le père, ses deux filles et le chauffeur emportés par le torrent





Tunis - Le Quotidien Ils étaient sur le chemin du retour chez eux lorsque leur véhicule fut emporté par les eaux torrentielles. Bilan : quatre morts… et un drame. Lundi dernier n’était pas une journée ordinaire du côté du gouvernorat de Siliana. La région a longuement pleuré la disparition de quatre de ses habitants qui ont péri dans un accident de la route dû aux dernières précipitations lesquelles ont touché pratiquement tout le territoire national. Les victimes circulaient en effet à bord d’une camionnette lorsque le conducteur a tenté de traverser le pont de «Oued Tessa» situé au niveau du point kilométrique numéro 44 sur la route nationale GP5 reliant Tunis aux gouvernorats du Kef et de Siliana. Cette manœuvre n’était pas sans risque puisque le conducteur a mal calculé le niveau d’eau de l’oued. A peine eut-il investi l’édifice que sa voiture fut emportée par les flux d’eau. Le courant était si fort qu’il a traîné le véhicule sur plusieurs kilomètres avant qu’il ne soit bloqué par un rocher. Entre-temps, les quatre passagers ont tenté de sortir de l’habitacle de la camionnette. Malheureusement, ils ont tous péri. Portés disparus, les corps des victimes ont été repêchés un par un par les agents de la Garde nationale et leurs collègues de la Protection civile. Il s’agit d’un père et ses deux filles ainsi que le conducteur de la camionnette. Et si les corps du père âgé de cinquante ans, de sa fille âgée de cinq ans et du chauffeur ont été repêchés à cinq kilomètres de l’endroit où a e lieu l’accident,le quatrième corps en l’occurrence celui de la deuxième fille âgé de dix-huit ans, a été retrouvé à quelques encablures de la ville de Boussalem (gouvernorat de Jendouba). C’est-à-dire que la victime a été traînée par le courant sur une distance de plus de cinquante kilomètres ! Il est à rappeler que le père et ses filles ont fait appel au propriétaire d’une camionnette pour se rendre à Sidi Bourouis, une localité située à l’ouest du gouvernorat de Siliana. C’est ainsi qu’ils ont quitté lundi matin Gaâfour leur ville de résidence. Après avoir régler une affaire urgente, ils ont rebroussé chemin pour rentrer chez eux. Les malheureux ignoraient qu’ils entamaient un voyage vers la mort. H. Missaoui


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com