Rapport annuel de développement 2005 : Progression prévue de 4,6% du Produit Intérieur Global





• Un taux de croissance de 33,3% de l’économie nationale durant le premier semestre 2005 Le rapport annuel sur le développement pour l’année 2005 a été présenté hier au cours d’une conférence présidée par M. Mohamed Ghannouchi, Premier minsitre. Le rapport présente les résultats de l’économie nationale durant les quatre premières années du Xème plan de développement, et le premier semestre 2005 et permettra de bien préparer le plan du prochain quinquennat. Tunis-Le Quotidien Le rapport constitue un document de référence très important présentant une évaluation du taux d’avancement de la réalisation du Xème plan de développement à une année de sa fin. D’après ce rapport, l’économie nationale a pu enregistrer des résultats positifs en général malgré une conjoncture internationale peu favorable durant ces quatre dernières années. Le rapport montre, en effet, que la Tunisie a réussi à prendre les mesures nécessaires à la relance de l’activité économique, le renforcement du taux de développement des exportations et de maintien de l’équilibre financier tant sur le plan interne qu’externe. Les quatre dernières années ont été, par ailleurs, marquées par l’exécution des réformes programmées conformément aux objectifs du Xème Plan dans les différents secteurs économiques, notamment en ce qui concerne l’investissement privé qui a été doté d’un intérêt particulier caractérisé par l’encouragement continu de l’initiative privée. Au niveau de l’emploi, le programme de la promotion de l’emploi a été renforcé, durant cette même période, à travers le développement des systèmes de formation ainsi que la mise en place d’incitations importantes pour encourager l’emploi des cadres. En terme de chiffres, le rapport montre que la période allant de 2002 à 2005 a connu un taux de développement annuel de 4% du produit intérieur brut, alors que les prévisions du Xème Plan estimaient un taux de 5,3%. Cette légère régression est justifiée par le ralentissement de ce taux en 2002, ainsi qu’aux problèmes de concurrence accrue que connaissent depuis quelque temps certains secteurs importants, en particulier le textile et le cuir. Les taux de développement des exportations a atteint durant ces quatre dernières années, 1,2% contrairement aux prévisions de 5,6%, alors que l’importation des biens et services a connu un taux de développement de 0,7%. En ce qui concerne les résultats des premiers mois de l’année en cours, le rapport montre qu’à l’échelle nationale, le premier trimestre a été marqué par la régression de la productivité du secteur industriel, due à la baisse de la production des industries alimentaires et du textile. Cette situation s’est améliorée durant le deuxième trimestre, suite notamment à l’évolution du taux de production des secteurs de la mécanique, électrique et services en particulier le tourisme, le transport et les télécommunications. La flambée des prix du pétrole à l’échelle internationale a eu, cependant un impact important sur l’économie nationale en exerçant une pression continue sur les finances publiques. Les chiffres montrent que le taux de croissance de l’économie durant le premier semestre 2005, a atteint 3,3%. Au niveau de l'investissement, le secteur industriel a connu durant la même période une progression de 15,9% des intentions d’investissement, contre une baisse de 11,8% en 2004. Les investissements étrangers ont grimpé pour leur part, de 8,2% en dehors du secteur énergétique, contre une baisse de 17 millions de dinars pour les investissements dans l’énergie qui ont passé de 114 millions de dinars durant le premier semestre 2004 à 97 millions de dinars cette année. Le taux de développement des exportations de biens a connu, à son tour, une légère régression atteignant 9,8% contre 10,2% au cours du premier semestre 2004. L’indice des prix a enregistré un taux de développement semestriel de 1,4% cette année contre 4,7% pour le premier semestre 2004. La régression a touché essentiellement les produits alimentaires. Au vu de ses résultats, le rapport prévoit la réhabilitation d’un taux de croissance du produit intérieur brut de 4,6% pour l’ensemble de l’année 2005 contre 6% en 2006. Ce taux englobe une baisse de 5% de la valeur ajoutée du secteur agricole. Le rapport prévoit également une progression de 7,9% de l’investissement contre 4% en 2004, alors que l’exportation de biens et services connaîtront un taux de développement de 8,1% contre 16,5% en 2004. Les revenus du secteur touristique devraient évoluer d’un taux de 11,3% contre 20,3% en 2004. Sur un autre plan, le rapport prévoit une limitation du taux d’inflation estimé à 3% contre 3,6% en 2004 et ce, grâce à l’amélioration de l’offre pour les produits alimentaires… Au niveau de l’emploi, on s’attend à la création de 76500 nouveaux emplois durant l’année 2005 grâce aux mesures et aux décisions prises à ce propos. Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com