Rentrée scolaire : Pleins feux sur les nouveautés





• 2.312.792 élèves reprendront, à partir de demain, le chemin de l’école • Baisse du nombre des élèves dans les écoles de base • L’examen du baccalauréat à partir du 8 juin 2006 Réformes éducatives de grande envergure, nouveautés pédagogiques à gogo et indicateurs clignotant au vert placent la rentrée scolaire sous le signe de l’excellence tant les rouages semblent bien huilés. Aux commandes du ministère de l’Education et de la Formation depuis quelques semaines, M. Sadok Korbi semble, en revanche, avoir du pain sur la planche. D’autant plus que le système éducatif est appelé à relever un nouveau défi : la qualité... Tunis-Le Quotidien «Après avoir relevé le défi de la quantité en enregistrant des taux de scolarisation honorables, nous sommes appelés à relever le challenge de la qualité afin de promouvoir les indicateurs relatifs à l’éducation et à la formation professionnelle conformément aux critères internationaux». C’est en ces termes que M. Sadok Korbi, ministre de l’Education et de la Formation a annoncé les défis futurs de la politique éducative au cours d’une conférence de presse tenue hier à Tunis. Pour cette rentrée scolaire qui coïncide avec la première année d’application du programme présidentiel, les différents indicateurs quantitatifs clignotent au vert. 2.312.792 élèves prendront demain le chemin des écoles de base, collèges, lycées et écoles des métiers. Le nombre d’élèves enregistre cette année une baisse de près de 45 mille élèves en raison notamment du succès de la politique du planning familial et de l’amélioration des taux de réussite. Cette baisse notable permettra de réduire la moyenne du nombre d’élèves par classe à 24,5 contre 25 élèves par classe en 2004 dans les écoles de base. La chute du nombre des élèves permettra également d’améliorer le taux d’encadrement avec un instituteur pour 19,3 élèves contre une moyenne d’un instituteur pour 20,7 élèves en 2004. Contrairement à l’enseignement de base le nombre des élèves inscrits dans les collèges et les lycées a augmenté. 39 nouveaux collèges et lycées, 665 salles et près de 700 laboratoires ont été, de fait, construits. N’empêche que le nombre d’élèves par classe a chuté de 31,6% en 2004 à 30,7 pendant l’année scolaire 2005-2006 au niveau des établissements éducatifs secondaires. * Projets éducatifs S’agissant des réformes éducatives introduites cette année, M. Sadok Korbi a affirmé que la généralisation de l’enseignement de l’anglais pour les élèves de la 6ème année de base démarrera dans de bonnes conditions d’autant plus que le ministère a installé des micro-laboratoires des langues au niveau des écoles afin que les élèves arrivent à maîtriser la langue de Shakespeare étant donné qu’on s’ouvre de plus en plus sur les call-centers et le travail à distance. Le ministre a également précisé que l’examen du baccalauréat démarrera le 8 juin 2006 en indiquant que les procédures y afférentes demeurent inchangées. Sur le plan des nouvelles technologies de l’information et de la communication, le ministre a souligné que son département a consacré 35 MD pour l’acquisition du matériel informatique qui permettra d’installer des salles d’informatique au sein de 50,52% des écoles de base. Quant aux lycées, ils disposent à 100% de salles d’informatique contre 88,5% pour les collèges. Le nombre total des manuels scolaires dont 25 millions d’exemplaires ont été imprimés cette année s’élève à 261 titres dont 182 titres pour les élèves et 79 titres pour les enseignants. M. Korbi a mis en exergue par ailleurs l’élan de solidarité qui caractérise la rentrée scolaire en signalant que le ministère octroie aux familles des bourses et aides dont la valeur dépasse les 7 M.D. * Dialogue et concertation D’autre part, le ministre a noté que les services compétents réuniront toutes les conditions de confort pour les professeurs qui seront chargés de la correction des épreuves du baccalauréat 2005-2006. M. Sadok Korbi a également annoncé que la confiance mutuelle marque les relations entre le ministère et les syndicats de l'enseignement d’autant plus qu’on assiste à une co-gestion des différents dossiers au vu des traditions de dialogue et de concertation entre les deux parties. En ce qui concerne le préavis de la grève du 27 septembre lancé par la Fédération de l’orientation et de l’assistance éducative relevant de l’UGTT, le ministre a indiqué que les raisons de cette grève ont trait aux revendications des agents administratifs alors que les négociations relatives à la Fonction publique entre l’Etat et la Centrale syndicale ne se sont pas achevées. Volet formation professionnelle, le ministre a affirmé que le secteur a le vent en poupe. Le nombre total des centres de formation professionnelle s’élève, en effet, à 132 centres dont 47 centres sectoriels offrant 253 spécialités dont 193 spécialités normalisées. Quant au nombre des stagiaires inscrits dans ces centres, il est de l’ordre de 45 mille. Walid KHEFIFI ___________________________ Le ministère de l’Education dépense 7 M.D. quotidiennement ! «Les dépenses du ministère de l’Education et de la Formation donnent le vertige», a fait remarquer M. Sadok Korbi, lequel a révélé que les dépenses quotidiennes du ministère s’élèvent à 7 M.D. Le jeu en vaut vraiment la chandelle d’autant plus que l’éducation se situe au cœur de l’approche de développement pluridimensuelle adoptée par la Tunisie... ___________________________ Les cours particuliers dans le collimateur M. Sadok Korbi a souligné que le phénomène des cours particuliers a dépassé la dose prescrite en indiquant que le ministère surveille de près tous les dépassements relatifs à ce chapitre. «C’est une grande tare qu’il faut combattre courageusement dans le cadre de la loi», a-t-il affirmé tout en signalant que des sanctions sévères ont été prises à l’encontre des professeurs qui dépassent les limites en matière de cours particuliers.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com