Rentrée scolaire : Parents et enseignants livrent leurs attentes et leurs préoccupations





Hier toute la Tunisie a vibré au rythme de la rentrée scolaire. Après trois mois de vacances c’est le grand retour aux classes. Une reprise ponctuée par la joie des retrouvailles pour les élèves et plein de préoccupations pour les parents et les enseignants. Pour ces derniers la rentrée repose l’éternel problème de l’horaire scolaire mais aussi de la discipline des élèves. Tunis - Le Quotidien Après plusieurs jours consacrés aux préparatifs : achats des fournitures scolaires, livres, tabliers et vêtements neufs pour les uns, tout le monde est entré hier dans le vif du sujet. C’est déjà l’heure de l’école. A travers tous les gouvernorats de la République, l’événement majeur était le retour des élèves et des lycéens aux écoles et aux lycées offrant le même paysage devant les écoles dans les couloirs des lycées et des collèges où les foules d’élèves sont légion ainsi que des parents venus dès les premières heures partager avec leurs progénitures les moments des retrouvailles scolaires. Rentrée pour tous donc mais à chacun cependant sa façon de fêter l’événement. Dans les lycées et les collèges de la capitale, endosser cartable et porter le tablier n’empêche jamais bon nombre de filles de s’offrir un petit coup d’exhibitionisme à travers des habits généreusement décolletés et un maquillage exagéré. Dans les écoles de base c’est plutôt une ambiance bon enfant. Tabliers bleus pour les garçons, roses pour les filles. Ces jeunes élèves accompagnés en majorité par leurs parents ont quant à eux laissé libre cours à leur joie à coups de rires et d’embrassades. La cloche sonne, ils se mettent en file, main dans la main avant de se précipiter vers les salles de cours pour la première séance de l’année. * Préoccupations Si pour les élèves la rentrée est un synonyme de retrouvailles, les adultes, eux, ont leurs propres perceptions des choses. Leurs préoccupations sont spécifiques. Parents d’élèves et enseignants ont leur mot à dire concernant divers sujets notamment l’horaire scolaire, l'encombrement des classes, la discipline et les nouvelles approches d’évaluations des élèves. M. Farid Douik, fonctionnaire de son état est l’un de ces parents qui ne cache pas sa réserve quant à la répartition horaire des cours établie pour les élèves de l’école de base. Notre interlocuteur estime que “l’emploi du temps réservé aux élèves des premiers niveaux de base qui a été conçu de façon à éliminer les heures creuses tend à être pénible pour les élèves en bas âges”. Et d’ajouter que “ce choix bien qu’il permette d’épargner les problèmes qui peuvent résulter du temps libre contraint toutefois les parents de confier leurs enfants aux garderies scolaires qui opèrent en grande partie dans des buts lucratifs”. Le même souci évoqué par M. Abdelwahab Ouertani, lui aussi père de deux enfants, élèves dans une école de base située au centre de la capitale. Ce père qui venait de quitter son fils inscrit dans cette école souligne qu’il devient de plus en plus difficile pour un couple fonctionnaire de veiller convenablement sur l’éducation de leurs enfants. “On a bien fait du côté du ministère lorsqu’on a décidé de diminuer les heures creuses mais je pense que le problème persiste dans la mesure où on n’a pas mis en place les dispositifs de contrôle nécessaires dans le secteur des garderies scolaires qui demeurent irremplaçables mais qui n’offrent pour autant pas toutes les garanties d’un encadrement scolaire adéquat”, déplore-t-il. * Indiscipline Temps libre et garderies scolaires semblent être ainsi le souci majeur de nombreux parents à l’occasion de cette nouvelle rentrée scolaire dans les écoles de base. Dans les niveaux encore plus élevés, les préoccupations prennent d’autres dimensions. Mme Khouni, enseignante de physique dans un lycée secondaire de la capitale met quant à elle, l’accent sur le manque de discipline qui tend à gagner du terrain dans les écoles et les lycées “les nouvelles générations de nos élèves sont devenues incontrôlables. “Dès le premier jour c’est l’agitation”, dit-elle. “Avec une classe encombrée de plus de 30 élèves qui se livrent à tous genres d’indiscipline on risque de ne plus pouvoir contrôler la bonne marche des cours”, dit-elle. M. Mohsen Dridi, instituteur, estime pour sa part que la tâche des enseignants devient de plus en plus pénible et compliquée. “L'instauration d’un nouvelle approche d’évaluation reposant sur les compétences des élèves est une bonne technique qui pourrait théoriquement faire évoluer notre système d’apprentissage mais sur le plan pratique cela nécessite de grandes ressources humaines et matérielles pour arriver aux objectifs tracés”, dit-il. H.G. _____________________________ La rentrée en chiffres ... 2 millions 312 mille 792 élèves au total ont regagné hier leurs classes à travers toute la République. Répartis sur 4500 écoles primaires 1231 écoles de base et lycées secondaires et 90 écoles de métiers, cette population d’élèves sera encadrée durant cette nouvelle année scolaire par 124.095 enseignants entre niveaux, d’enseignement de base, secondaire et dans les écoles des métiers. La nouvelle année scolaire 2005-2006 enregistre en fait une baisse au niveau du nombre des élèves par rapport à l’année précédente. La diminution est estimée à plus de 45 mille élèves. Par contre, il y a cette année 39 nouvelles créations au niveau des établissements éducatifs entre lycées secondaires et écoles de base...


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com