Médecins de libre pratique : Les maux de la profession sous le scanner





Les diverses préoccupations des médecins libéraux constitueront l’un des points saillants du congrès du syndicat des médecins de libre pratique qui se tiendra à Tunis le 24 et 25 septembre. Tunis-Le Quotidien Suite à la séance honoraire à laquelle ont été invités notamment M. Denorino Cahrera, président du syndicat des médecins libéraux de France, et M. kwang-Tae Kim, président du syndicat des médecins libéraux de la Corée de Sud, ainsi que les ministères et les organismes administratifs chargés du dossier de la santé, les médecins libéraux tunisiens se pencheront sur les défis qu’affronte le secteur comptant près de 4 mille praticiens par ces temps où le partenariat public-privé semble avoir de beaux jours devant lui. Les congressistes issus du renouvellement des vingt-trois sections territoriales et des cinq sections de spécialité du syndicat soulèveront les diverses préoccupations des gens de la profession au cours de la discussion des rapports moral et financier. On s’attend, en effet, à ce que les congressistes débattent de la prolifération de l’activité privée complémentaire illégale qu’exercent certains médecins non habilités à le faire, de la définition nouvelle des actes médicaux et des tarifs de soins dans le cadre de la réforme de l’assurance-maladie et du rechignement de certains médecins à bénéficier de la formation continue à l’heure du développement rapide de la médecine. Le débat continuera par la suite au niveau de cinq commissions sur l’assurance-maladie, les statuts, l’exercice de la médecine, la fiscalité et la formation médicale continue. Volet électoral, ce sont les congressistes qui auront à élire la commission administrative composée de 27 membres. Cette dernière élira à son tour le Bureau exécutif de neuf membres, lesquels choisiront par vote interne le nouveau secrétaire général du syndicat. W.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com