Au bord du conflit : Washington et Damas cèdent du terrain





L’option militaire contre la Syrie “n’est pas la question en ce moment”, a indiqué la secrétaire d’Etat Condoleezza Rice au moment où, sous pression, Damas a fait savoir qu’elle était prête à coopérer avec Washington pour la stabilisation de l’Irak. Le Quotidien-Agences L'option militaire contre la Syrie "n'est pas la question actuellement", a déclaré la secrétaire d'Etat Condoleezza Rice, alors que l'administration américaine a multiplié ces derniers jours les mises en garde à Damas. "Le président (George W. Bush) ne retire jamais aucune option de la table, mais je pense que ce n'est pas la question actuellement avec la Syrie", a déclaré Rice, dans un entretien à l'hebdomadaire Newsweek, interrogée sur l'éventualité d'une option militaire contre la Syrie. "La question, c'est que la Syrie est vraiment isolée sur la scène internationale", a-t-elle ajouté. Le Président américain George W. Bush a prévenu mardi la Syrie qu'elle risquait de faire face à un isolement de plus en plus important en raison de son incapacité à contrôler l'entrée de militants intégristes en Irak par ses frontières. "Ces gens pénètrent en Irak par la Syrie et tuent de nombreuses personnes innocentes", a déclaré le président Bush, lors d'une conférence de presse qui a suivi une rencontre avec le président irakien Jalal Talabani à la Maison-Blanche. Auparavant, l'ambassadeur des Etats-Unis à Bagdad, Zalmay Khalilzad, avait affirmé que la patience des Etats-Unis avec la Syrie était "à bout", soulignant que "toutes les options sont sur la table", y compris l'option militaire. * Coopération avec Washington Les propos de Rice ont été précédés par ceux de la Syrie qui se dit prête à coopérer avec les autorités américaines et irakiennes pour ramener la sécurité et la stabilité en Irak, indique un communiqué de l'ambassade de Syrie à Washington, en condamnant les attaques qui ont tué des centaines de personnes en Irak cette semaine. Au lendemain des menaces du président Bush, l'ambassade précise que la Syrie fait de "grands efforts" pour fermer sa frontière avec l'Irak. La Syrie dénonce "fermement et catégoriquement les explosions terroristes, qui ont tué et blessé beaucoup de civils innocents en Irak durant les deux derniers jours", indique le communiqué. "Dans ces moments difficiles, la Syrie aimerait rappeler sa position appelant à une unité du peuple irakien pour assurer la stabilité et la sécurité en Irak" ajoute le texte. "La Syrie réitère sa volonté de faire ce qu'il faudra pour coopérer avec les autorités américaines et irakiennes afin de parvenir à ces objectifs", ajoute le texte.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com