Enseignement supérieur : Le ministre dévoile la portée du système LMD et les dessous des relations avec les syndicats…





La relation entre le ministère de l’Enseignement supérieur et les syndicats du secteur, les enjeux du système LMD, les indicateurs relatifs à la rentrée universitaire et la nouvelle approche d’évaluation des établissements universitaires ont été au centre de la rencontre périodique de M. Lazhar Bououni, ministre de l’Enseignement supérieur avec les représentants des médias... Tunis - Le Quotidien La situation qui prévaut au sein du syndicat général de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique est non favorable à la dynamisation du dialogue avec cette structure syndicale”, a déclaré M. Lazhar Bououni en réponse à une interrogation relative à l’absence de tout dialogue entre le ministère de l’Enseignement supérieur et ledit syndicat, profondément divisé depuis quatre années. “C’est une affaire interne dans laquelle nous ne sommes pas impliqués. Aux dernières nouvelles, des tractations se poursuivent entre les syndicalistes sous la bannière du Bureau exécutif de l’UGTT. C’est tant mieux car nous sommes favorables à la reprise du dialogue avec le syndicat loin des surenchères et des accusations”, ajoute le ministre. M. Bououni a souligné également que le ministère de l’Enseignement supérieur entretient des relations normales avec l’Union Générale des Etudiants de Tunisie (UGET) en dépit du fait que l’organisation estudiantine souffre de quelques problèmes internes. “Nous voulons une organisation avec laquelle on pourrait débattre dans le cadre d’un esprit de responsabilité. Actuellement l’UGET tente de mettre de l’ordre dans son jardin en vue de dépasser les luttes intestines et d’arriver à une représentativité effective de toutes les parties”, fait remarquer le ministre en indiquant que ces tentatives constituent un pas positif. * Les indicateurs clignotent au vert... Le ministre a annoncé, d’autre part, les différents indicateurs relatifs à l’année universitaire 2005 - 2006. Le nombre des étudiants inscrits aux différents établissements universitaires se situe cette année aux alentours de 366 mille étudiants dont 74 mille nouveaux bacheliers. Ce qui représente une hausse de 27 mile étudiants par rapport à l’année universitaire 2004 - 2005. Le nombre des établissements universitaires s’élève à 198 dont 20 établissements privés. Les filières universitaires ont enregistré une hausse remarquable pour avoisiner les 600 filières dont 61,8% correspondent à de filières courtes auxquelles sont inscrits 94 mille étudiants. 23.500 étudiants sont, en revanche, inscrits en troisième cycle contre 37 mille poursuivant des études dans des filières prometteuses en l’occurrence l’informatique et les télécommunications. Volet œuvres universitaires, 98 mille étudiants ont bénéficié de bourses universitaires. Les foyers universitaires ont une capacité d’accueil totale de plus de 65 mille lits. Les repas qui seront servis par les restaurants universitaires dépasseront cette année les 25 millions. Le ministère a recruté 1100 professeurs d’enseignement supérieur en plus de plusieurs centaines d’agents administratifs. * Système d’orientation objectif En ce qui concerne l’orientation universitaire, M. Bououni a affirmé que le système actuel d’orientation demeure le plus objectif. 97,01% des 73 mille bacheliers ont été, en effet, orientés durant les quatre tours de l’orientation universitaire: 83,90% de ces étudiants ont obtenu l’un de leurs quatre premiers choix. “Nous avons essayé autant que faire se peut de respecter les choix et de répondre aux aspirations des étudiants”, signale le ministre. 7217 étudiants ont été, toutefois, réorientés pour des raisons diverses. M. Bououni a par ailleurs mis fin aux rumeurs sur le recours à la sous-traitance pour limiter les problèmes dont souffrent les universités privées en raison du manque des étudiants. “La sous-traitance ne constitue pas une solution aux problèmes du secteur privé lequel devrait améliorer sa crédibilité”, a-t-il annoncé. S’agissant de la réforme de l’enseignement supérieur à travers l’introduction du système LMD (Licence-Master-Doctorat) le ministre a précisé qu’il s'agit d’une réforme importante dont l’application nécessite plusieurs années. Le ministre a souligné, en outre, que des circulaires et des documents relatifs à ce système ont été adressés aux établissements universitaires dans le but d’approfondir le débat à ce sujet. A partir du 15 février des commissions nationales sectorielles débattront des modalités pratiques de l’application du système LMD d’une façon progressive au niveau des petits établissements universitaires à partir de la prochaine rentrée universitaire. A propos de l’évaluation des établissements universitaires, le ministre a déclaré que la création de la commission nationale de promotion de la qualité et d’évaluation de l’établissement permettra d’améliorer les résultats du programme d’évaluation externe des établissement universitaires. Walid KHEFIFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com