Irak : Tension à Bassorah, les Américains comptent leurs morts





Le Quotidien-Agences A Bassorah, les soldats britanniques, qui étaient en "mission de renseignement", étaient tombés dans les mains de miliciens avant-hier soir après avoir été détenus dans la journée par la police locale, selon l'armée britannique. Ces miliciens, appartenant à l'Armée du Mehdi du leader chiite Moqtada Sadr, comptaient utiliser les soldats comme monnaie d'échange pour obtenir la libération de leur chef local, interpellé dimanche par les Britanniques, selon des sources policières et un député chiite. * Tension Ces évènements illustrent la tension croissante à Bassorah, où le pouvoir des différentes milices chiites semble s'être accru au cours des derniers mois. A Londres, le ministre britannique de la Défense John Reid a justifié la libération des deux soldats, faisant valoir qu'ils "auraient dû être remis aux forces britanniques elles-mêmes". Les forces britanniques se sont "inquiétées de la sécurité des deux soldats après avoir reçu des informations selon lesquelles ils avaient été remis à des membres d'une milice", a dit le général de brigade John Lorimer, à Bassorah. "Une opération a été montée pour les sauver dans une maison de Bassorah" avant-hier soir, après qu'une opération des forces britanniques contre le poste de police où les deux hommes étaient censés être détenus, ait "confirmé que les soldats n'étaient plus sous la garde de la police irakienne", a dit le général. Selon un député chiite, Ali Dabagh, qui a eu un briefing avec le ministre de l'Intérieur, les hommes de l'Armée du Mehdi comptaient utiliser les deux soldats pour obtenir la libération de leur chef, interpellé dimanche par les forces britanniques. Cheikh Ahmad al-Fartoussi, commandant pour Bassorah de la milice, a été interpellé à son domicile, ainsi que son frère, libéré plus tard, et un troisième homme. Ils sont suspectés par l'armée britannique de "l'organisation d'attaques terroristes contre la Force multinationale". Les deux soldats britanniques, circulant en civil à bord d'une voiture, ont été interpellés lundi matin à Bassorah, après avoir tiré sur les forces de sécurité irakiennes, selon des sources policières sur place. De violentes échauffourées ont alors éclaté entre "200 à 300" manifestants et des véhicules britanniques blindés ayant pris position autour du poste de police où étaient détenus les deux hommes, selon le général Lorimer. Les manifestants ont mis le feu à deux véhicules. "Deux soldats britanniques ont été placés en détention et emmenés dans un commissariat de police irakien. Nous avons alors commencé à négocier avec les autorités irakiennes pour obtenir leur libération", a déclaré un porte-parole du ministère à Londres. "Nous pensons que les autorités ont ordonné leur libération. Hélas ils n'ont pas été relâchés", a-t-il ajouté, affirmant qu'un blindé avait enfoncé un mur d'enceinte du poste de police. Selon le lieutenant de police Louaï Moussaoui, qui se trouvait lundi soir dans le poste, "après la fin de la manifestation, un groupe d'hommes armés, suspectés d'appartenir à l'Armée du Mehdi, ont emmené par la force les prisonniers britanniques". Selon une source du ministère de la Défense, 150 prisonniers se sont évadés à cette occasion, ce qu'a démenti Londres. * Quatre Américains tués Côté américain, quatre gardes de sécurité ont été tués dans une attaque suicide à la voiture piégée à Mossoul (nord), a indiqué hier un officiel américain. L'attaque a visé un convoi diplomatique américain. L'attaque contre le convoi, composé de trois véhicules, a eu lieu dans la matinée de lundi dans cette ville située à 350 km au nord de Bagdad, selon l'ambassade américaine à Bagdad. Les quatre occupants de la deuxième voiture - un agent appartenant au service consulaire américain et trois autres agents de sécurité privée - ont été tués, a ajouté cette source.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com