La grève de la faim de prisonniers à Guantanamo se durcit





Le Quotidien-Agences Près d'un mois et demi après avoir commencé leur grève de la faim, les détenus de la prison américaine de Guantanamo (Cuba) ne semblent pas vouloir renoncer à leur mouvement de protestation, au point d'inquiéter des responsables militaires selon le quotidien New York Times. "Cette grève de la faim est certainement la protestation la plus dure qui se soit produite à la base", dit Gita Gutierrez, une avocate travaillant pour le Centre pour les droits constitutionnels (CCR), qui défend plusieurs plusieurs dizaines de détenus de Guantanamo. Le CCR estime qu'environ 200 prisonniers poursuivent cette grève de la faim qui a démarré le 8 août. "Les prisonniers protestent contre le fait qu'ils sont détenus indéfiniment depuis près de quatre ans et n'ont pas d'espoir d'un jugement juste", affirme Mme Gutierrez. L'organisation a dénoncé la semaine dernière dans un communiqué le refus du Pentagone de fournir aux familles "des informations sur l'état de santé des détenus" en grève de la faim. Mardi dernier, les militaires de la prison évaluaient le nombre de grévistes à 128, dont 18 hospitalisés et nourris de force. Vendredi, un responsable militaire sous le couvert de l'anonymat ramenait ce chiffre à 103, mais avec 21 hospitalisés. "Je ne pense pas que nous aurons une idée du nombre de prisonniers concernés tant que le Comité international de la Croix Rouge (CICR) ou une autre organisation indépendante ne fera pas une évaluation", estime Mme Gutierrez. Ce n'est pas la première grève de la faim de prisonniers à Guantanamo. Plusieurs ont eu lieu en 2002, selon le CCR. En juillet, une grève a déjà eu lieu et les militaires avaient reconnu qu'une cinquantaine de détenus avaient cessé de s'alimenter.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com