«Le Cinéphile» : Rétrospective du cinéma latino





Qu’est-ce qui pourrait préserver les travaux de certaines manifestations tels que les colloques qui s’envolent avec la parole une fois le rideau tombé? L’ATPCC, l’Association Tunisienne pour la Promotion de la Critique Cinématographique y a pensé et a publié pour ce faire un fascicule qui se veut un document référence pour un colloque donné cette année sur le cinéma latino-américain. C’est Kamel Ben Ouanès qui a coordonné les différentes phases de préparation de ce livret qui comporte, par ailleurs, six communications sur le sujet proposé. “Le cinéphile, passé et présent du cinéma latino”, tel est le titre de l’ouvrage qui fait intervenir des critiques à l’exemple de Mohamed Abdessalem, Kamel Ben Ouanès, Ahmed Bouhrem, Hassounna Mansouri et Hassen Ichi. Il est aussi préfacé par Walter Salles dont on n’a pas précisé malheureusement la nationalité ou le titre. On ne signale pas non plus la date de cette rencontre autour du cinéma de l’Amérique latine. Pour revenir au contenu de cet ouvrage subventionné par l’Institut Cervantes disons qu’il brosse le tableau riche en nouveautés concernant le cinéma latino-américain notamment par Kamel Ben Ouanès et dans la dernière partie française présentée sous le thème “Ruptures et continuités dans le cinéma de l’Amérique latine”. On a divisé en effet l’histoire du cinéma latino-américain en deux grandes étapes, à savoir celle liée aux grands bouleversements historiques et secousses politiques des années 60 et 70 et une autre se rapportant au milieu des années 90 et du phénomène dit de la mondialisation. Le cinéma latino-américain était dans la première partie dans un état de servilité intellectuelle puisqu’il était une reproduction faussée du cinéma américain. A partir de 1990, ce cinéma a commencé à avoir une identité à travers l’authenticité des points de vue des réalisateurs. Autre élément important, le cinéma latino-américain n’est pas unique. Il existe, en effet, plusieurs facette de ce genre artistique qui changent avec les lieux. Le Mexique, l’Argentine, le Brésil et Cuba chacune de ces contrées du monde a son cinéma spécifique qui traite des réalités de ces pays. M.B.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com