Tandis que les Irakiens se préparent à voter leur constitution : La Résistance mène la vie dure aux Américains





Le Quotidien-Agences Un nouvel attentat a secoué l’Irak hier tuant six personnes dans un minibus au cœur de Bagdad. L’armée américaine a annoncé, pour sa part, la mort de deux soldats américains. Par ailleurs, l’Ayatollah Ali Sistani allait émettre une fatwa en faveur du “oui” à la constitution. Six Irakiens ont été tués et sept autres blessés à la mi-journée dans l'explosion d'une bombe dans un minibus sur la place al-Tayaran, dans le centre de Bagdad. "Un homme portant un sac l'a déposé dans un minibus et s'est enfui juste avant l'explosion", a dit un général de brigade de la police, qui a refusé de donner son nom. A Mossoul, à 370 km au nord de Bagdad, "dix corps ont été reçus depuis hier à la morgue" de l'hôpital au centre de la ville, a affirmé le docteur Walid Mohammed, précisant que trois des corps étaient ceux de membres du Front turcoman de Mossoul, tués par des hommes armés. Les autres personnes tuées sont "un policier et six civils non identifiés", selon cette source. Un soldat américain a péri avant-hier dans l'explosion d'un engin piégé et un autre a été tué par balle le même jour à l'ouest de l'Irak, a annoncé l'armée américaine hier dans deux communiqués. Un ouvrier de la compagnie des chemins de fer a été tué avant-hier soir et six autres blessés dans l'explosion d'un engin explosif placé à côté de la voie ferrée à Latifiyah (40 km au sud de Bagdad), selon des sources policière et hospitalière. Deux corps de civils tués par balles ont été retrouvés hier matin à Daïra, une localité entre Iskandariyah et Latifiyah. Le président Bush a mis en garde avant-hier contre un regain de violence à l'approche du référendum, mais aussi de l'élection générale de décembre, tout en excluant un retrait militaire américain d'Irak. "Alors que les Irakiens se préparent à voter sur leur constitution en octobre et à élire un gouvernement permanent en décembre, nous devons nous préparer à davantage de violence", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse au Pentagone. "Retirer nos troupes rendrait le monde plus dangereux et rendrait l'Amérique moins sûre. Quitter l'Irak maintenant conduirait à répéter les erreurs du passé qui ont mené aux attaques du 11 septembre 2001", a poursuivi Bush. * Fatwa Pour sa part et en prévision du référendum, le grand ayatollah Ali Sistani va publier une fatwa appelant les Irakiens à voter "oui" au projet de Constitution, a affirmé une source proche de la principale autorité religieuse des chiîtes d'Irak. "Une fatwa sera publiée dans les prochains jours intimant aux Irakiens de voter +oui+ à la constitution", a dit cette source, sous couvert de l'anonymat. Le grand ayatollah s'était prononcé en faveur du "oui" au projet de texte constitutionnel, selon un responsable de son bureau dans la ville sainte (160 km au sud de Bagdad). Avant-hier, un autre haut dignitaire religieux chiîte, le grand ayatollah Ishak al-Fayad, avait également demandé aux Irakiens de voter "oui" au projet de texte. "J'exhorte les citoyens à participer activement au vote sur le Constitution en votant oui", avait affirmé le grand ayatollah. De nombreux sunnites - dont le Comité des oulémas musulmans, la principale association de religieux sunnites, et le Parti islamique irakien, le plus important parti de cette communauté - ont appelé de leur côté à voter "non". Ils estiment notamment que le principe du fédéralisme inscrit dans le texte est un prélude à la division du pays. Les Chiîtes ont été les grands vainqueurs des élections générales de janvier dernier, alors que les Sunnites, qui tenaient le haut du pavé sous Saddam Hussein, ont largement boycotté ce scrutin. Outre l'attentat du minibus à Bagdad, les attaques rebelles ont fait treize morts parmi les Irakiens et deux parmi les soldats américains jeudi et vendredi dans le reste du pays.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com