Quatre Palestiniens tués dans un raid à Gaza : L’escalade





Quatre Palestiniens ont été tués hier dans un raid aérien israélien dans l'est de la ville de Gaza. Israël a poursuivit ses raids après le carnage ayant coûté la vie à une vingtaine de Palestiniens avant-hier Le Quotidien-Agences Au moins quatre Palestiniens ont été tués hier dans un raid aérien israélien dans l'est de la ville de Gaza, selon un nouveau bilan de sources médicales et du ministère palestinien de l'Intérieur. Selon des témoins, deux de ces victimes sont membres de la branche armée du mouvement radical Hamas qui circulaient à bord de deux voitures lorsqu'un hélicoptère a tiré deux missiles qui se sont abattus sur les véhicules. Le dr Mouawiya Hassanein, chef des services d'urgence de la bande de Gaza, a indiqué que quatre personnes avaient été tuées dans le raid, près de l'ancienne colonie juive de Netzarim. Le porte-parole du ministère palestinien de l'Intérieur, Tawfiq Abou Khoussa, a confirmé le raid israélien. L’armée israélienne a, pour sa part, confirmé le raid. Deux fortes déflagrations causées par des chasseurs israéliens F-16 qui ont franchi le mur du son ont été entendues aussi dans la ville de Gaza. A l'aube, l'armée avait déjà lancé des raids aériens qui ont visé, selon elle, deux ateliers de fabrique d'armement du Hamas à Gaza et un à Jabaliya (nord). Ces raids ont fait trois blessés palestiniens, dont une femme. * Escalade Condamnant ces raids, le Premier ministre palestinien Ahmed Qoreï a appelé la communauté internationale, notamment les Etats-Unis, à "intervenir pour arrêter l'escalade israélienne". "Nous appelons la communauté internationale, le quartette (Etats-Unis, ONU, Union européenne et Russie) et l'administration américaine à intervenir pour arrêter l'escalade israélienne", a dit Qoreï à la presse. Les raids israéliens sont survenus après un intense bombardement à la roquette de la ville israélienne de Sdérot (sud) depuis le nord de Gaza dans lequel cinq Israéliens ont été blessés. Une autre roquette s'est abattue près de Sdérot en fin de matinée, sans faire de victime. Mofaz "a ordonné aux forces armées de mener une série de dures opérations dans la bande de Gaza, soulignant que la riposte d'Israël aux tirs contre son territoire se devait être d’écrasante et sans équivoque", affirme un communiqué officiel. "Le ministre a également donné ordre d'engager une offensive contre les infrastructures du Hamas et du Jihad islamique dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, incluant une offensive aérienne continue, et de concentrer des troupes près du secteur nord de la bande de Gaza", poursuit-il. Mofaz a enfin "donné ordre à l'armée israélienne de se tenir prête à mener une offensive aussi longue qu'il sera nécessaire". L'armée israélienne a en outre imposé à compter d’hier et jusqu'à nouvel ordre un bouclage total des territoires palestiniens. Après ces développements, le Premier ministre Ariel Sharon a convoqué pour hier soir une réunion restreinte de son cabinet de sécurité, a rapporté par ailleurs la radio militaire israélienne. Par le passé, ces réunions ont précédé des opérations militaires de grande envergure, en riposte à des attaques palestiniennes. Selon des sources militaires, au moins 21 roquettes ont été tirées sur le secteur de Sdérot. Le Hamas, le Jihad islamique et les Comités de résistance populaire, qui ont revendiqué ces tirs, ont fait état dans un communiqué de 35 roquettes lancées sur le territoire israélien. Il s'agit de la plus importante attaque palestinienne du genre depuis la fin du retrait israélien de la bande de Gaza, le 12 septembre, après 38 ans d'occupation de ce territoire. * Accusation et contre accusation Le Hamas avait accusé plus tôt Israël d'être responsable de l'explosion qui a fait vendredi à Jabaliya 15 tués et plus de 80 blessés lors d'une parade militaire célébrant le retrait israélien. Le porte-parole du mouvement Sami Abou Zouhri avait affirmé à l'AFP qu'un drone israélien avait attaqué la parade à la roquette. Le Fatah, le mouvement du leader palestinien Mahmoud Abbas, a accusé de son côté le Hamas d'être responsable des victimes de l'explosion de Jabaliya. L'armée israélienne a quant à elle catégoriquement démenti toute implication dans le drame de Jabaliya. "Toute tentative d'utiliser cette affaire comme prétexte à des attaques contre des civils israéliens sera considérée avec gravité par l’armée israélienne", a-t-elle dit dans un communiqué.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com