Quatre soldats américains tués, une attaque contre le ministère du Pétrole : Nouvelle parade de la Résistance





Quatre GI’s ont été tués hier à Bagdad, qui était de nouveau frappée par une attaque-suicide qui a fait sept morts, au lendemain d’une série d’attaques meurtrières dans le pays. Une nouvelle démonstration de force de la Résistance au moment où, sous pression, l’Armée américaine annonçant la libération de 507 prisonniers de la prison d’Abou Gharib. Le Quotidien-Agences Après une journée de dimanche sanglante et la mort de 26 personnes, dont quinze dans deux attentats suicide contre la police à Bagdad et des chiîtes au sud de la capitale, le pays a de nouveau été frappé par des attaques de la Résistance. Trois soldats américains ont été tués en Irak dans deux explosions séparées en bord de route, a annoncé hier l'armée américaine. L'une des explosions s'est produite hier matin dans l'ouest de Bagdad, tuant deux soldats, selon un communiqué de l'armée. Aucun autre détail n'a été fourni. Le troisième militaire, de la 42e brigade, a été tué à environ 80km au sud-est de Bagdad, selon l'armée américaine. Là-aussi, aucune autre information n'était disponible. Par ailleurs, sept Irakiens, dont deux policiers, ont été tués et 27 autres blessés dans une attentaque suicide à la voiture piégée contre un bus transportant des employés du ministère du Pétrole à Bagdad, selon une source du ministère de l'Intérieur. L'attaque est survenue à l’aube quand une voiture piégée blanche conduite par un kamikaze s'est jetée contre un bus transportant des employés du ministère, au cœur de la capitale, selon cette source. Un ex-commandant de l'armée, travaillant comme chauffeur de taxi, a également été tué devant son domicile par des hommes armés, dans un quartier du sud-ouest de Bagdad, hier matin. Une source policière a également annoncé que neuf membres d'une même famille, qui se rendaient dans un centre de recrutement de l'armée, ont été tués par balles près de Tarmiyah dimanche, à 40 km au nord de Bagdad. Par ailleurs, un ingénieur égyptien travaillant pour une société de télécommunication irakienne a été enlevé par des hommes armés hier. Enfin cinq instituteurs et un chauffeur, tous chiîtes, ont été exécutés hier dans une école au Sud de Bagdad par des hommes armés et masqués, a affirmé une source policière à Hilla. * Libération de 507 détenus Entre-temps, l’armée américaine a annoncé avoir libéré 507 prisonniers de la prison d’Abou Gharib à l’occasion du mois de Ramadan. "Le gouvernement irakien et la Force multinationale en Irak ont décidé de libérer les détenus afin de leur permettre d'être avec leur famille (...) de célébrer le mois saint du Ramadan et aider à la construction d'un Irak nouveau", affirme l'armée américaine dans un communiqué. Au total, l'armée prévoit de libérer plus d'un millier de prisonniers cette semaine, en comptant ceux d’hier. Cet élargissement est le deuxième d'une telle taille, après la libération d'un millier de détenus d'Abou Ghraib entre le 24 et le 27 août. Le mois de jeûne des musulmans, où ramadan, doit s'étendre du début octobre au début novembre. La sélection des détenus libérables a été faite "après un examen prudent et minutieux de leur dossier par une commission irakienne", précise le communiqué, qui ajoute qu'aucun d'entre eux n'est "coupable de crimes violents tels que des attentats, tortures, enlèvements ou des meurtres". L'armée américaine ne précise cependant pas les raisons de l'interpellation de ces détenus, ni la durée de leur détention dans la prison d'Abou Ghraib, qui avait été au centre d'un scandale après des révélations en avril 2004 de sévices et d'humiliation sur certains prisonniers. Cette dernière vague de libérations intervient alors que l'ONG Human Rights Watch (HRW) a fait état la semaine dernière de mauvais traitements infligés à des détenus dans une base américaine en 2003 et 2004.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com