Le Kef : Dix blessés à cause d’un litige foncier





Deux frères héritiers d’une dizaine d’hectares ont provoqué une véritable bagarre entre leurs deux clans respectifs à cause d’un litige foncier. Bilan de cette bataille rangée: 10 blessés dont un grave… Tunis-Le Quotidien “Ghassalet Ennouader” ou ces pluies d’automne qui arrosent chaque fin d’été la terre, sont porteuses d’espoirs et motivantes puisque c’est de leur abondance que dépendrait la réussite de la saison agricole. Du coup, tous les regards sont braqués sur le ciel pour guetter les orages et le mouvement des nuages. C’est qu’aux premières gouttes de pluies, on se presse pour sortir les outils de travail et se lancer dans le labourage de la terre. Il fut un temps, en effet, où vaches, ânes, chevaux et même les deux mains, étaient bien préparés à l’avance pour pouvoir s’atteler à la bêche et autres houes afin de bien retourner la terre. Ces temps sont depuis révolus et la mécanique a remplacé les outils traditionnels. C’est pourquoi, les fermes se transforment, chaque fin d’été, en un gigantesque atelier où on procède aux révisions des moteurs et aux changements des pièces défectueuses. Car il est très important d’être fin prêt le jour J. Il n’est pas question de rater le démarrage de la saison. Chaque retard accusé dans le labourage de la terre peut justement condamner toute la moisson. Plus romantique encore est ce spectacle qui se déroule à la fin de l’été et le début de l’automne, du côté des gouvernorats du nord-ouest du pays. Les terres sont en effet investies par des hommes et des femmes qui s’activent afin de mettre le sol dans les meilleures conditions possibles. On ramasse les petits cailloux par-là… On enlève les mauvaises herbes par-ci. Au final, la terre retrouve une peau neuve et hydratée par les premières gouttes de pluie qui se met à tomber doucement. C’est ainsi que la terre est le symbole de la fertilité par excellence. Dans un autre contexte, elle est le symbole de l’honneur. L’on comprend dès lors l’amour et l’attachement des paysans à leurs terres. Un attachement qui peut aller jusqu’à se sacrifier pour protéger ses terres. En témoigne cette affaire qui a eu lieu récemment à quelques encablures de la ville du Kef. Dans ces régions montagneuses où les parcelles de terre destinées à la culture se font rares, y vivent deux frangins qui ont hérité une dizaine d’hectares de leur père. Au départ, ils se sont mis d’accord afin de travailler ensemble sur leurs terres. Mais, rapidement, les différends entre les deux frères se sont multipliés au point qu’on décida d’exploiter la parcelle en question tour à tour chaque saison. Un arrangement qui a valu aux deux frangins de garder des rapports amicaux et de sauver leurs liens familiaux. Malheureusement, le frère aîné n’a pas respecté les clauses du contrat. C’est qu’après avoir exploité la parcelle au cours de la saison dernière, il est revenu cette année pour la labourer une deuxième fois consécutive alors que c’était le tour de son frère cadet. Du coup, un affrontement a éclaté qui a dégénéré en une véritable bagarre. Les deux frères ont fait appel chacun à ses employés. Dans la mêlée, l’affaire a pris une autre tournure. Deux clans se sont en effet affrontés utilisant des armes blanches et autres outils agricoles. La bagarre n’a pris fin que grâce à l’intervention des agents de la garde nationale. Les auxiliaires de la justice ont réussi à neutraliser tous les protagonistes dans cette affaire non sans déplorer dix blessés dont le frère cadet qui a été grièvement blessé. Arrêtés, les suspects ont été écroués en attendant d’être traduits devant la justice. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com