Le Kef : Tentative de viol dans un mausolée





«Sidi Amor» ou le Saint «Amor» repose à une trentaine de kilomètres de la ville du Kef. Il a été enterré, il y a de cela deux cent ans au beau milieu des plaines qui s’étalent entre le Sers, cette ville trois fois millénaire et les montagnes d’Eddir, le plus haut sommet du Nord Ouest avec ses huit cent cinquante mètres d’altitude. Tunis-Le Quotidien De son vivant, le Saint Amor n’avait d’yeux que pour Dieu et son Prophète. Il leur avait consacré chaque goutte de sa sueur et chaque pulsion de son cœur. «Sidi Amor», était voué à la cause de l’Islam et militait pour que le Mot d’Allah pénètre dans les cœurs et les esprits des hommes et des femmes. On dit que «Sidi Amor» est né au Maroc où il avait appris le Coran avant de venir en Tunisie pour approfondir ses connaissances religieuses à la «Zitouna», la mosquée érigée par les Hafsides et qui devint en un laps de temps très court un passage incontournable pour les Ulémas du monde entier. Après un long séjour à Tunis, il décida de rentrer au bercail. Malheureusement, il décéda avant même de passer les frontières des deux colonies Othomanes (la Tunisie et l’Algérie). Il rendit l’âme, en effet, à quelques encablures du «Mhallet» le Kef. Sidi Amor fut enterré, alors, à «El Aïn El Bidha», un petit village situé à trente kilomètres du Kef. Sidi Amor tire sa réputation et puise sa force dans un mythe qui dit qu’au lendemain de son enterrement, des anges ont été vus par les habitants du village en train de survoler sa tombe. Ces créatures divines ont, ensuite, transporté le corps de Sidi Amor pour le déposer dans l’endroit où est érigé, aujourd’hui, son mausolée. C’est que les gens du coin ont compris qu’il fallait respecter la volonté de Dieu qui lui a choisi cet endroit pour son repos éternel. Depuis, Sidi Amor est devenu un Saint dont la bénédiction est recherchée par tous les habitants de la région. Au fil des années, les visites du mausolée ont pris de l’ampleur à telle enseigne qu’une sortie annuelle est organisée. Des centaines voire des milliers de personnes y participent chaque année. Cette manifestation n’est plus désormais ce qu’elle était puisque de temps en temps, on assiste à des incidents qui n’honorent ni l’endroit et encore moins la mémoire de l’homme qui y repose... Chaque été, plusieurs familles keffoises, font le déplacement à Sidi Amor. Qui pour montrer sa gratitude au Saint parce qu’il a contribué à la réussite de l’un de leurs enfants... Qui pour demander la Baraka... ou, tout simplement, pour se protéger du mauvais sort... Ce fut le cas, cet été qui vient de s’écouler, lorsque les gens ont commencé à affluer prenant d’assaut le mausolée. Il faut dire que lorsqu’on vient ici, c’est pour plusieurs jours. Donc, les visiteurs passent des nuits entières à prier et à pratiquer les rituels dont le plus célèbre est celui d’égorger un mouton et distribuer sa viande aux pauvres et aux nécessiteux. C’est ainsi que la fête battait son plein lorsqu’au beau milieu de la nuit, les cris d’une femme en détresse ont surgi éveillant les soupçons et suscitant la curiosité des autres visiteurs. Du coup, on s’est pressé pour aller voir ce qui se passait. Le mausolée entouré par des figuiers de barbarie était plein à craquer d’hommes et des femmes qui assistaient ce soir là à un rituel où un homme aux dons surnaturels se surpassait en passant son corps entièrement nu sur les branches épineuses des figues de Barbarie. Le spectacle ne fut interrompu qu’à l’écoute des cris de cette femme. En cherchant un peu à gauche et à droite, d’où provenait les cris. A l’aide de torches et autres lampes électriques, on a, ainsi, découvert une femme grièvement blessée. Elle avait déjà perdu connaissance. Son état de santé nécessitait son transport d’urgence vers un hôpital de la région. Rapidement, on s’est organisé en acheminant une voiture. La victime fut montée à bord du véhicule qui a pris la route pour le plus proche dispensaire. Malgré, le peu de moyens médicaux dont disposait l’infirmier de service, il a pu, tout de même, soigner la victime qui fut sauvée d’une mort certaine. D’ailleurs, le soir même, la dame a pu parler et expliquer ce qui s’est passé. Il s’est avéré que l’objet de sa visite était d’aider son mari à se soigner de l’alcoolisme. Grand buveur, son époux devenait de plus en plus violent. La malheureuse qui ne savait quoi faire, a décidé de rendre visite à Sidi Amor pour lui demander de lui venir en aide. Dans la mêlée, elle fit la connaissance d’un charlatan qui prétendait être le serviteur de «Sidi Amor». Il pourrait de ce fait exhausser son rêve en intervenant auprès du Saint. Il lui donna, alors, rendez-vous au beau milieu de la nuit derrière le mausolée. Du coup, le charlatan a changé de ton montrant son vrai visage en se jetant sur la malheureuse dame tentant ainsi d'abuser d’elle. Elle résiste obligeant son violeur d’user de la force. Sur sa lancée, il lui asséna plusieurs coups à l’aide d’un bâton la blessant grièvement. En donnant son signalement aux autorités, la dame ne perd pas confiance quant à l’arrestation de son tortionnaire. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com