Tunisie – Kenya/ Leurs Impressions





* Hammouda Ben Ammar : «Je tiens d’abord à remercier ce merveilleux public que je n’ai pas vu depuis la finale de la CAN 2004. Le match a été difficile à négocier sur les plans physique et mental. Nous avons fait l’essentiel, à savoir obtenir les points de la victoire. La CAN 2006, c’est maintenant acquis, reste la Coupe du monde. C’est dire que le plus dur est à venir. On a besoin de temps pour bien préparer les deux prochaines échéances». * Radhi Jaïdi : «Avant le coup d’envoi, notre premier objectif était de marquer d’entrée. Mais le but précoce inscrit nous a aussi (paradoxe) fait du mal, car on a cru que la tâche était facile. Heureusement que, malgré les problèmes rencontrés, on a pu conserver notre avance. L’adversaire kenyan a pris confiance en ses moyens en seconde période. En fin de match, on a tenu le coup grâce à notre concentration mais aussi à notre capacité de conserver le ballon». * Adel Chedly : «C’est une victoire dans la douleur. Il faut reconnaître aussi qu’on a abordé la match stressés surtout qu’il y avait beaucoup de blessés parmi l’effectif. C’était un match difficile face à une très bonne équipe kenyane. Il ne faut donc pas se fier au match Maroc-Kenya (5-1) pour juger notre adversaire. Notre manière de jouer n’a pas été bonne mais l’essentiel a été acquis. On s’est bien battus sur le terrain. Quant à la suite du parcours, il faut s’attendre à d’autres difficultés. Au Kenya, même à huis clos, je m’attends à une opposition délicate face à un adversaire très physique». * Jawhar Mnari : «On s’attendait à un match difficile vu les conditions actuelles de notre groupe et la valeur de l’adversaire. On a bien essayé de tuer le match par un second but, vainement. Il y avait beaucoup de pression sur nous ce qui a entraîné une certaine précipitation. Heureusement que notre objectif a été atteint. La CAN c’est dans la poche. Reste la Coupe du monde». * Silva Dos Santos : «On a eu du mal à imposer notre jeu. Beaucoup de joueurs étaient amoindris physiquement. Heureusement que la solidarité du groupe nous a permis encore une fois de faire la différence. Dans ces conditions, le plus important c’est de gagner et j’en suis heureux. Il reste maintenant deux autres rendez-vous importants à bien négocier». J.B.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com