Clôture du Festival de Boukornine : Sous le signe de l’intégration maghrébine





Le rideau est tombé, hier soir sur la 26ème édition du Festival du Boukornine.La clôture de cette édition a été marquée pas la finale du concours des jeunes chanteurs de talent du Maghreb arabe. Comme à l’accoutumée, le festival du Boukornine a rendu hommage à la construction de l’Union du Maghreb arabe et ce, par le biais de la promotion des artistes en herbe de l’Afrique du Nord. Ce choix constitue, selon les organisateurs, une contribution dans l’édification et la construction du rapprochement entre les différentes entités culturelles du Maghreb arabe. Les candidats des cinq pays du Maghreb ont saisi ainsi cette occasion pour promouvoir le patrimoine chansonnier de leur pays respectif. On trouve parmi les jeunes talents ayant pris part à ce concours, Dina Touzani et Youssef Jerifi du Maroc, Youssef Khadraoui, Nassima Garrouji et Ezzeddine Doukali de la Libye. Elyès Andari et Hanène Bejaoui ont représenté la Tunisie à ce concours intitulé «Histoire de passion». Le jury qui a eu la mission délicate et ardue de départager les candidats, est composé de Noureddine Kharroubi, Hassouna Gassouma et Mohamed Jebali, en plus de membres algériens, marocains, mauritaniens et libyens. Afin de garantir la médiatisation de ce concours, LBC International, notamment le fameux régisseur Tony Khouaji, ont œuvré à mettre en place un travail de coopération et de dialogue entre les jeunes artistes de talent. Une façon de promouvoir l’intégration maghrébine à travers la musique et la culture. A l’heure où nous mettons sous presse, le résultat de ce concours n’a pas encore été rendu public. Nous y reviendrons. O.W.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com